Programme des Métallos en matière d'égalité

Programme des Métallos en matière d'égalité

Télécharger PDF

Le défi actuel

Au Canada, un enfant sur cinq vit dans la pauvreté. Les femmes gagnent 60 cents pour chaque dollar gagné par un homme, et plus de 50 pour 100 des femmes plus âgées vivent dans la pauvreté. Les membres de minorités visibles gagnent 30 pour 100 de moins que les personnes de race blanche. Les personnes de couleur risquent 2,3 fois plus de vivre dans la pauvreté que les Blancs. Les niveaux de sous-emploi et de chômage chez les personnes handicapées sont stupéfiants.

À l'échelle de la planète, la situation n'est guère plus reluisante. Plus de la moitié de la population mondiale doit vivre avec deux dollars ou moins par jour. Plus d'un milliard de gens doivent vivre avec moins d'un dollar par jour. Les 225 milliardaires du monde possèdent, ensemble, plus d'un billion de dollars. Leur richesse est égale au revenu annuel de 47 pour cent des plus pauvres parmi la population mondiale : 225 personnes ont la richesse de 3 milliards de pauvres.

Malgré les appels des organismes d'aide et de développement internationaux, les gouvernements ne font pas grand chose pour remédier à la pauvreté dans le monde.

Les droits de la personne sont aussi des droits des travailleurs

Le Syndicat des Métallos a adopté des politiques vigoureuses pour réaliser l'égalité dans nos milieux de travail et dans nos lois. Aux congrès internationaux et aux congrès nationaux d'orientation, les délégués ont adopté, après délibérations, des résolutions et des énoncés de politique portant sur la prévention du harcèlement, la lutte contre le racisme et la discrimination, l'équilibre entre les responsabilités professionnelles et familiales, les moyens de combler l'écart entre les salaires, l'adaptation du lieu de travail pour tenir compte des besoins d'une personne handicapée et la formation de coalitions avec des groupes locaux, nationaux et internationaux pour créer une plus grande sensibilisation aux droits de la personne et les protéger.

Les Métallos : l'égalité au travail

Le Syndicat des Métallos est le syndicat le plus diversifié au Canada. Nous représentons des travailleurs et des travailleuses partout au pays :

Des mineurs de fond jusqu'au personnel technique et de soutien universitaire; des travailleurs industriels les mieux payés au Canada jusqu'à ceux du secteur de la sécurité qui se sont joints à notre syndicat afin de sortir de l'ornière du salaire minimum.

Des Métallos de deuxième et de troisième génération, qui ont littéralement grandi dans notre syndicat, jusqu'aux milliers d'immigrants qui viennent au Canada et se tournent vers notre syndicat pour donner un sens à leur rêve de se bâtir une vie meilleure dans ce pays.

Je suis fier de la façon dont notre syndicat a évolué et j'espère que vous ressentez la même chose. Si notre syndicat est ce qu'il est, c'est grâce à vous; vous faites partie de cette évolution. Vous bâtissez le Syndicat des Métallos de l'avenir.

Nous avons bâti notre syndicat en lui donnant des ramifications au-delà de nos « industries traditionnelles » et en allant au devant de nouveaux défis à relever. Nous avons accueilli dans notre syndicat les travailleurs et les travailleuses de centres d'appel, les agents de sécurité, les employés d'hôtels et de restaurants et ceux du secteur des soins de santé. Nous avons offert les avantages de l'appartenance syndicale à ceux qui en ont le plus besoin. Nous continuons de syndiquer les non-syndiqués.

Nous avons bâti notre syndicat en renforçant et en intensifiant notre engagement envers l'égalité et un plus grand changement social.

Nous sommes fiers d'être directement impliqués dans le mouvement de la social-démocratie au Canada. Nous sommes fiers de notre engagement envers la communauté qui nous entoure. Nous ne nous contentons pas de parler d'union sociale. NOUS LA VIVONS.

Ken Neumann
Directeur national pour le Canada
Syndicat des Métallos

 

 

Par la force des changements au sein de la population active, les syndicats se doivent de demeurer représentatifs et réceptifs. En appliquant les principes de l'égalité, de la justice, de la dignité et du respect au sein même du syndicat, les Métallos ont défendu les droits de la personne depuis leurs débuts. Ils comprennent que chacun est en droit de s'attendre aux mêmes droits et libertés, sans égard à la race, à la religion, au sexe, à l'âge ou à l'orientation sexuelle.

La diversité fait la force, mais elle doit commencer par le respect et la compréhension des différences qui existent entre les gens.

Atteindre l'égalité

Le Syndicat des Métallos représente des travailleurs et des travailleuses dans pratiquement tous les secteurs économiques, d'un océan à l'autre. Le meilleur moyen pour les travailleurs et les travailleuses de combler l'écart entre les salaires et de surmonter les problèmes de harcèlement et de discrimination dans le milieu de travail, c'est de se joindre à un syndicat et d'y participer activement.

Les Métallos ont mis au point le système S.E.S : une solution efficace et simple à l'équité salariale et à l'évaluation des emplois, pour redresser les inégalités du passé causées par une sous-évaluation des éléments qui entrent dans le travail des femmes. Le syndicat a aussi négocié des clauses d'équité en matière d'emploi pour les employés autochtones, qui ont servi à établir un précédent.

Des conférences et des politiques spécifiquement axées sur l'indemnisation et la santé et la sécurité des travailleurs ont attiré l'attention sur ce que le syndicat est effectivement en mesure de faire pour tenir compte des besoins des travailleurs blessés ou handicapés.

Faire la guerre au harcèlement

La Politique du Syndicat des Métallos contre le harcèlement, ou la « Feuille jaune », qui est lue à chaque activité syndicale, explique clairement que le harcèlement frappe au cœur de deux principes fondamentaux sur lesquels s'appuie le mouvement ouvrier : les droits de la personne et la solidarité. Les politiques, les procédures et la formation contribuent à assurer que les membres ont les compétences voulues pour déterminer si les pratiques du lieu de travail et du syndicat peuvent être discriminatoires ou faire obstacle aux femmes, aux membres de minorités visibles, aux personnes handicapées et aux Autochtones.

Plus de 40 000 travailleurs, travailleuses et cadres de première ligne ont bénéficié du programme de formation anti-harcèlement dispensé par les Métallos en milieu de travail. Le programme, dispensé en milieu de travail, pendant les heures de travail, aide à sensibiliser davantage les travailleurs et les travailleuses au harcèlement et aux comportements discriminatoires, et à leur donner une plus grande confiance dans leur capacité de les empêcher et d'y faire face. Un réseau d'instructeurs et de conseillers qualifiés dispense la formation anti-harcèlement et offre un soutien dans l'arbitrage des conflits en matière de droits de la personne dans le milieu de travail et le syndicat.

Les statuts du syndicat exigent que toutes les sections locales établissent un comité des droits de la personne. Le Guide pour les comités des droits de la personne des Métallos a été élaboré afin d'aider à assurer le bon fonctionnement des comités et la réalisation de leurs buts et objectifs.

Un tour de force

Face à des structures familiales en évolution, des responsabilités croissantes au foyer, une population vieillissante et une plus grande participation des femmes à la population active, le Syndicat des Métallos a mis au point des politiques d'un genre unique pour aider les travailleurs et les travailleuses à équilibrer leurs activités professionnelles, familiales et syndicales. Par le biais de clauses dans les conventions collectives, des règlements des sections locales et de l'action politique, nous sommes en mesure de répondre aux besoins variés de nos membres.

L'égalité par la formation

En 1990, les Métallos introduisaient le cours de formation Femmes d'acier afin d'encourager les femmes à s'engager activement dans le syndicat. La participation de femmes venant de différentes communautés et industries a été bénéfique au syndicat, permettant aux Métallos d'élaborer des politiques et des programmes dynamiques. Les Femmes d'acier font bouger les choses dans leur milieu de travail, leur communauté et le syndicat.

Les statuts du syndicat exigent maintenant que toutes les sections locales établissent un comité de la condition féminine. Le nouveau cours intitulé Comités de la condition féminine : Renforcer le pouvoir des sections locales, aident ces dernières à mettre sur pied des comités efficaces et dynamiques.

S'il est vrai que tous les cours des Métallos comprennent des sections et des discussions sur les questions relatives aux droits de la personne, des cours ont été tout spécialement conçus afin que les membres du syndicat se concentrent sur les points suivants : les droits de la personne sont aussi les droits des travailleurs, l'obligation de tenir compte, la mondialisation et la solidarité internationale, et la condition féminine.

Fierté au travail

À l'heure actuelle, le syndicat met sur pied des comités de fierté pour représenter les lesbiennes, les gais, les bisexuels et les transgenres (LGBT), sensibiliser les membres, lutter pour l'équité dans le lieu de travail et encourager le militantisme. Le syndicat examine activement les clauses de nos conventions collectives pour s'assurer que les droits des membres LGBT sont protégés.

Les droits des personnes handicapées

Au cours de la Conférence nationale de 2006 sur les droits des personnes handicapées, le Syndicat des Métallos s'est engagé à identifier des moyens de mieux accommoder les personnes qui vivent avec un handicap. Le syndicat s'efforce, avec nos partenaires de la communauté, d'éliminer tous les obstacles à leur pleine participation à l'emploi et au militantisme au sein du syndicat. La politique des Métallos intitulée « Ouvrir des portes » est un guide qui permet aux sections locales de faire progresser les droits des personnes vivant avec un handicap.

Démocratie interne

La démocratie est une source de grande fierté pour les membres du Syndicat des Métallos. Tous les trois ans, les membres élisent les dirigeants et les comités locaux. Tous les quatre ans, chaque membre a droit de vote dans l'élection des dirigeants internationaux, du directeur national pour le Canada et des directeurs de district.

Par « un membre, un vote », on entend l'occasion qui est donnée à chaque membre d'élire les dirigeants du Syndicat des Métallos. Pour les membres appartenant à des groupes en quête d'équité, cet aspect de la démocratie interne est important. Le fait d'accorder un vote à chaque membre assure leur participation au processus d'élection et c'est aussi un gage que les candidats et les dirigeants élus sont tenus de rendre des comptes à tous les membres.

Par le biais des comités des droits de la personne et des comités de la condition féminine, les femmes, les membres de minorités visibles et autres groupes en quête d'équité peuvent compter sur les ressources et le soutien voulus s'ils sont intéressés à présenter leur candidature à un poste électif au sein du syndicat. Dans « Étapes pour accéder à un poste électif : Un guide d'action positive pour les Métallos sur les élections dans les sections locales », les militants et les militantes trouveront une description de chaque poste et des conseils pratiques sur la façon de mener à bien une campagne.

Un outil pour la solidarité internationale

Le Fonds humanitaire des Métallos permet aux Métallos canadiens de former des liens avec des syndicats et des groupes communautaires d'autres pays partout dans le monde. Les travailleurs découvrent de nouvelles façons de créer des liens, de partager de l'information et de formuler des stratégies conjointes pour régler des problèmes communs.

Des campagnes conjointes ont permis de susciter une plus grande sensibilisation à des événements comme la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations Unies et la Marche mondiale des femmes. Les activités locales et régionales en rapport avec la Journée internationale de la femme (le 8 mars); la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale (le 21 mars), la Journée nationale des Autochtones (le 21 juin), les Journées de fierté des lesbiennes et des gais et la Fête du travail sont autant d'occasions de cDes campagnes conjointes ont permis de susciter une plus grande sensibilisation à des événements comme la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies et la Marche mondiale des femmes.

Les activités locales et régionales en rapport avec la Journée internationale de la femme (le 8 mars); la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale (le 21 mars), la Journée nationale des Autochtones (le 21 juin), les Journées de fierté des lesbiennes et des gais et la Fête du travail sont autant d’occasions de célébrer nos succès et de faire pression auprès des gouvernements là où la mondialisation et les programmes des entreprises menacent les travailleurs et les travailleuses.

Passer à l’action

En tant que Métallos, nous travaillons tous les jours en collaboration avec des groupes communautaires progressistes et nos partenaires politiques afin de faire valoir les droits de la personne et les droits économiques et sociaux. Nous pouvons être fiers de ce que nous avons accompli ensemble, car nos efforts ont permis d’améliorer la vie des travailleurs, des travailleuses et de leurs familles.

Notre syndicat est l’un des plus grands défenseurs de la social-démocratie. Nos partenaires politiques, le Nouveau Parti démocratique et le Parti québécois partagent notre engagement envers les travailleurs et les droits de la personne. Maintenant, plus que jamais, nous avons besoin d’une voix puissante pour défendre la justice, la dignité et le respect. Nous devons continuer à travailler main dans la main – et gagner du terrain dans nos ateliers et dans les assemblées législatives.

Le Syndicat pour tout le monde

Les comités des droits de la personne, les comités de la condition féminine, les conseils régionaux et les comités locaux travaillent avec les membres du syndicat et nos partenaires politiques et sociaux pour que nos efforts dans la lutte contre la discrimination, le harcèlement et l’inégalité dans nos milieux de travail et dans nos communautés portent fruit.

Les militants et militantes syndicaux sont aussi des militants et militantes des droits de la personne. Ensemble, solidaires, nous continuons à renforcer le pouvoir et à prendre des mesures concrètes.