Pour une loi sur les clauses orphelins

Two-Tier-Rally


Les travailleurs de l’usine Resco à Grenville-sur- la-Rouge membres de la section locale 6213 amorcent leur troisième mois de grève pour contrer la volonté de l’employeur d’imposer une clauses orphelins dans les régimes de retraite, qui condamnerait les futurs travailleurs à un régime de retraite à cotisations déterminées moins avantageux que le régime à prestations déterminées des plus anciens.

Ils empruntent le même chemin que leurs confrères de Ciment Lafarge à Saint-Constant, section locale 6658, dont la grève de trois mois a permis de préserver un régime de retraite à prestations déterminées pour tous les travailleurs en mai dernier. Les syndiqués d’ArcelorMittal à Contrecoeur (SL 6586) et ceux de Bradken à Mont-Joli ont eux-aussi réussi à éviter une clause orphelin à la table  de négociations.

«Nous menons ces batailles, les unes après les autres. Nos membres doivent parfois même sacrifier des semaines de salaires au cours de grève, pour empêcher une discrimination à l’égard des  jeunes. Nous demandons au gouvernement d’interdire une fois pour toutes les clauses orphelins dans les régimes de retraite et les avantages sociaux. Plusieurs négociations sont à venir dans les prochaines années avec de gros employeurs, qui relèvent de sièges sociaux. Il est temps d’envoyer un message clair et de dire qu’au Québec, la discrimination envers les jeunes travailleurs est interdite »,  explique l’adjoint au directeur québécois des Métallos,  Dominic Lemieux.

Les représentants de quatre sections locales métallos qui ont combattu ou combattent présentement les clauses orphelins ont organisé un atelier intitulé ironiquement « Comment exclure les jeunes des bons régimes de retraite » dans le cadre du Forum social mondial qui se tenait au début août à Montréal. Au terme de l’atelier, les Métallos et le Comité des jeunes de la FTQ ont interpelé les jeunes libéraux et le Parti libéral pour que le gouvernement interdise une fois pour toutes les clauses orphelins dans les régimes de retraites et les avantages sociaux, comme c’est déjà le cas pour les salaires.

La fin de semaine suivante, la Commission jeunesse du Parti libéral s’est prononcée en faveur d’une telle interdiction. Le gouvernement a confié à un sous-comité de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) le mandat d’étudier cet enjeu et de formuler des recommandations. Cet enjeu devrait également être abordé lors d’un sommet sur la main-d’œuvre prévu à la fin de l’automne.

D’ici là, chez Resco, le piquetage se poursuit jour et nuit devant l’entreprise de fabrication de briques réfractaires.

Il est possible de soutenir les grévistes en envoyant un chèque à

Comité de grève de la section locale 6213 a/s Harold Arsenault
Syndicat des Métallos, bureau de Sainte-Thérèse, 96, rue Turgeon, Bureau 202, Sainte-Thérèse (Québec) J7E 3H9


Cet article apparaît dans le numéro d'Octobre 2016 Message du directeur national.

Demandes de presse

Merci

Merci de nous avoir contacté. Nous vous répondrons rapidement.

Contacts Médias

Directeur du département des communications :
Bob Gallagher
bgallagher@usw.ca
416-544-5966 or
416-434-2221 

Département des communications :
Karina Midence
communications@usw.ca
416-544-5991 

Département des communications - Québec
Clairandrée Cauchy
ccauchy@metallos.ca
514-774-4001 

 

Adresse postale

Syndicat des Métallos
234, avenue Eglinton est, 8
e étage 
Toronto, ON M4P 1K7