Renouveau après les feux de forêt

John Alma était à Toronto quand il a reçu l’inquiétant texto de sa femme restée à Fort McMurray. Un vaste feu de forêt envahissait son quartier et sa famille était évacuée.

John raconte la terrible expérience de sa famille fuyant l’incendie comme s’il y était. Çà et là il s’arrête, sous le coup de l’émotion, même s’il a raconté cette histoire maintes fois et qu’il la partage de bon cœur avec son syndicat.

L’épouse de John lui a dit que le ciel était noir et avait un air d’apocalypse. En 20 minutes elle a dû rassembler leur fille de 13 ans, leur fils de 18 ans, leur chat et leur chien. Ils sont allés chez la sœur de John dans un autre quartier où la famille est restée, regardant les nouvelles jusqu’à ce que le quartier soit à son tour évacué.

L’autoroute 63 sud est la seule qui mène hors de la ville, mais elle était bloquée par l’incendie, forçant les autorités à diriger les gens vers le nord et les camps des champs pétroliers de l’Alberta.

Après deux heures de route, avançant au ralenti vers le nord, la famille a entendu dire que l’autoroute vers le sud était à nouveau ouverte. Ayant appris par les réseaux sociaux et la radio que les camps étaient saturés, ils ont fait demi-tour vers le sud.

Sur son passage, la famille a vu l’hôtel au sud de la ville envahie par les flammes. Une fois sorties de la ville, les voitures circulaient vers le sud sur les quatre voies de l’autoroute à deux sens parce que personne ne prenait la direction nord et l’essence commençait à manquer.

Tandis que sa famille roulait sur l’autoroute entourée par les flammes, John assistait à la réunion annuelle des délégués de la section locale 1944 STT-Métallos à Toronto comme délégué et membre du comité des finances. John est l’un des 42 membres de l’unité 210 de la SL 1944 qui travaille pour Telus à Fort McMurray.

Des maisons réduites en cendres

Plusieurs membres ont perdu leur maison, tandis que beaucoup d’autres habitations ont subi différents dégâts.

Comme John, Jose Acevedo n’était pas non plus chez lui à Fort McMurray quand l’incendie a atteint les habitations. Il était à Edmonton avec son épouse et leur fils de trois ans en route pour des vacances à Cuba. Le mardi 3 mai, il a reçu un appel d’un collègue lui disant que les travailleurs avaient reçu la consigne de rentrer chez eux plus tôt pour prendre leurs biens et documents de valeur en raison des évacuations. Jose devait décider s’il voulait continuer vers Cuba, ou annuler et attendre à Edmonton. La famille a décidé de poursuivre son voyage.

Inquiète pour leur maison, l’épouse de Jose allait tous les jours sur les réseaux sociaux. Jose n’a rien appris de précis jusqu’à son retour à Edmonton le 13 mai. Il pouvait voir sur Google Maps que leur quartier était détruit, mais Jose voulait une confirmation.

Jose a appelé son superviseur pour vérifier son horaire de travail. Ce dernier lui a appris que sa maison avait été détruite.

Jose n’est pas allé voir les dégâts tout de suite. Telus lui a donné une semaine pour s’occuper des formalités et de l’assurance et faire des provisions de première nécessité pour sa famille. La compagnie a trouvé du travail pour Jose à Edmonton jusqu’à ce que la famille puisse retourner à Fort McMurray à la mi-juin.

La première fois que Jose est retourné voir l’emplacement de sa maison, il ne pouvait pas s’en approcher, les autorités ayant limité l’accès aux endroits incendiés, mais Jose pouvait voir qu’il ne restait plus que des ruines et des cendres.

Quand il a pu entrer dans le quartier, Jose a emprunté une combinaison blanche et portait un masque de protection contre les produits chimiques et les polluants dans l’air et les débris. Les cendres étaient blanches, sa maison ressemblait à un cendrier.

Jose prend la perte avec philosophie. «J’ai connu d’autres malheurs dans ma vie, dont la perte de membres de ma famille en El Salvador pendant la guerre civile. Je prends la vie comme elle vient. Ma femme était très touchée, mais nous avons eu de la chance d’être partis – nous avons échappé à cette partie-là», a-t-il dit en parlant de l’expérience de conduire au milieu des flammes comme l’a fait la famille de John.

Passer à l’action

Ivana Niblett savait que les maisons des membres de la SL 1944 étaient dans le sillage de l’incendie surnommé La Bête. Travaillant maintenant à Edmonton pour la SL 1-207 des Métallos, Ivana avait été vice-présidente nationale du Syndicat des travailleurs des télécommunications (STT). Le STT a fusionné avec les Métallos en 2014, pour devenir la SL 1944 STT-Métallos. Ivana a collaboré étroitement avec la section locale de Fort McMurray et continue d’entretenir des relations et d’avoir des contacts avec les membres là-bas.

Quand elle a entendu parler des évacuations, Ivana a appelé John pour savoir si quelqu’un dans l’unité avait besoin d’aide. C’est à ce moment qu’elle a appris que John était à Toronto, inquiet pour sa famille qui essayait de rejoindre Edmonton.

Ivana est passée à l’action, réservant la dernière chambre dans un hôtel qu’elle connaissait pour que la famille de John puisse y loger à son arrivée.

Solidarité – Nous savons donner

C’est dans notre nature d’êtres humains et de syndicalistes d’aider ceux qui sont dans le besoin. Face à des situations qui semblent désespérées, le syndicat offre une structure de ralliement et nos efforts collectifs font une différence.

À titre de délégué de Fort McMurray aux réunions de Toronto de la SL 1944, John a maintenu un lien direct avec les 42 membres de la section locale tout au long de la catastrophe.

Le syndicat est donc passé à l’action. La SL 1944, ses membres et ses unités partout au pays ont fait des dons à l’unité 210.

La SL 1944 a recueilli 15 000 $ pendant la réunion annuelle des délégués, dons que Leo W. Gerard, président du Syndicat international, a promis de tripler. Les unités de la SL 1944 du Québec ont recueilli des boîtes de vêtements, de jouets et d’articles de ménage destinés aux membres.

«Notre élan immédiat de générosité et notre volonté de nous entraider pendant une tragédie sont une source d’inspiration», a souligné Lee Riggs, président national de la SL 1944 STT-Métallos.

Travaillant à partir de Calgary, Juanita West est la permanente de la section locale servant les membres de l’unité 210 de Fort McMurray. Participant elle aussi à la réunion de la SL 1944, elle a appelé tous les membres pour s’assurer qu’ils allaient bien et déterminer ce dont ils avaient besoin.

Marty Gibbons, président de la SL 1-417 des Métallos à Kamloops (C.-B.), et Ray White, président de la SL 1-207 à Edmonton, celle d’Ivana, ont lancé un appel aux sections locales du Conseil du bois par l’intermédiaire de Bob Matters, recueillant plus de 8 000 $. La SL 1-207 a porté cette somme à 10 000 $.

Le Fonds humanitaire des Métallos : Dons des Métallos totalisant 79 000 $

En mai, répondant à l’appel de fonds d’urgence de la Croix-Rouge, le Fonds humanitaire des Métallos a fait un don immédiat de 10 000 $ pour venir en aide aux sinistrés de Fort McMurray, suivi d’une contribution de 69 000 $ qui a été partagée en parts égales entre trois organismes de services sociaux. Le Fonds apprécie les contributions spéciales, totalisant 29 000 $, versées par les sections locales des Métallos partout au pays et le Syndicat des représentants. 

«Les feux de forêt et les évacuations ont profondément marqué les gens et les familles, pas seulement la destruction physique, mais le traumatisme émotionnel que beaucoup ont encore du mal à surmonter», a affirmé Ken Neumann, directeur national et président du Fonds humanitaire des Métallos. 

Notley : Une main sûre, des communications ouvertes

La première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, a mérité des éloges pour la façon dont elle a géré la crise et l’après-crise. Alors que l’incendie faisait rage, elle a fourni des comptes rendus quotidiens et obtenu une prolongation de l’assurance-emploi pour les personnes touchées. Rachel Notley a fait savoir qu’elle ne tolèrerait pas de loyers excessifs pendant la période de reconstruction.

Jose et John reconnaissent les mérites des fonctionnaires à tous les niveaux qui ont permis à près de 90 000 personnes d’être évacuées en toute sécurité.

Retour au travail

John Alma est resté six jours à l’hôtel d’Edmonton avant de retourner au travail à Fort McMurray. Il était parmi les premiers autorisés à revenir. «Je suis comme un requin; il faut que je bouge».

Son emploi l’a autorisé à revenir dans son quartier où il a pu voir que sa maison avait survécu au feu.

Fin juillet, la SL 1-207 a organisé un barbecue chez John pour les membres de l’unité 210. L’activité a permis aux membres de discuter et de renouer les liens.

«Nous l’avons grandement appréciée. Par ce geste, on nous a montré que nous n’étions pas seuls, que des gens pensaient à nous», a reconnu John.

Ivana, avec Scott Ruston de la SL 1-207, sont venus d’Edmonton au nom du Conseil du bois, apportant des cartes-cadeaux d’épicerie achetées pour les membres avec les dons recueillis, démontrant la solidarité des Métallos pour tout ce qu’ils avaient vécu. Deux mois après les feux, Ivana n’a pas eu besoin de regarder loin pour voir la dévastation, mais elle a été surprise de voir de nouvelles pousses de verdure, signe d’espoir et de renouveau.

À la réunion d’août, les membres de l’unité 210 se sont retrouvés dans un centre communautaire de Fort McMurray pour échanger leurs expériences et recevoir les dons que Juanita avait recueillis dans l’ensemble du syndicat.

Ce qui ressort des histoires des membres de l’unité 210, c’est leur résilience. Un seul membre est parti, en profitant pour prendre sa retraite et déménager parce que la qualité de l’air après les incendies aggravait son asthme. Les autres sont restés, remontant la pente dans la localité. Jose et sa famille louent un appartement en attendant de rebâtir.

«Nous sommes une collectivité plus forte et plus unie que jamais qui a choisi de vivre ici. C’est chez nous», a déclaré John.

Des faits sur Fort McMurray

  • Fort McMurray : 400 km au nord-est d’Edmonton
  • Population : 61 000
  • Personnes évacuées en raison des feux : 90 000 (de Fort McMurray et des localités  environnantes)
  • Zone sinistrée : 590 000 hectares, dont une partie en Saskatchewan; plus de 1 000 km2 couvrant une superficie plus large que Calgary, Vancouver, Halifax ou Winnipeg
  • 2 400 bâtiments détruits, dont 20 % de maisons
  • Les feux de forêt ont commencé le 1er mai 2016 et ont été déclarés maîtrisés le 5 juillet

Contribuez vous?

Par l’entremise du Fonds humanitaire des Métallos, les membres du syndicat aident ceux dans le besoin en faisant don de quelques sous par heure, qui sont déduits de leur paie.

Déterminez si votre section locale a négocié des dons au Fonds humanitaire dans votre convention collective. Vérifiez votre fiche de paie ou informez-vous à ce sujet auprès de la présidente ou du président de votre unité ou section locale. Les dons sont déductibles d’impôt et ils font une différence.

Cet article a été publié dans le numéro de novembre 2016 de la revue Métallos@l'œuvre.  

Demandes de presse

Merci

Merci de nous avoir contacté. Nous vous répondrons rapidement.

Contacts Médias

Directeur du département des communications :
Bob Gallagher
bgallagher@usw.ca
416-544-5966 or
416-434-2221 

Département des communications :
Karina Midence
communications@usw.ca
416-544-5991 

Département des communications - Québec
Clairandrée Cauchy
ccauchy@metallos.ca
514-774-4001 

 

Adresse postale

Syndicat des Métallos
234, avenue Eglinton est, 8
e étage 
Toronto, ON M4P 1K7