Trudeau reste sourd à la crise de l’acier


JT
Photo d’Essar Steel Algoma : Billy_Wilson sur Flickr, sous licence CC BY-NC 2.0; Photo du premier ministre Justin Trudeau : justintrudeau sur Flickr, sous licence CC BY-NC-SA 2.0.

Travailleurs, retraités, syndicats, dirigeants de l’industrie, représentants politiques des communautés sidérurgiques au pays et médias d’information au pays conviennent tous que le gouvernement  fédéral  doit résoudre à la crise de l’acier au Canada.

Les Métallos font partie des milliers de familles ouvrières et de retraités au pays déjà touchés par la crise et l’inaction du gouvernement fédéral jusqu’à présent.

Presque tous ceux qui connaissent les enjeux de la crise de l’acier au Canada voient bien que le gouvernement doit s’engager à y remédier – enfin, quasiment tout le monde, sauf le gouvernement liberal de Justin Trudeau.

Les appels à l’action urgents de notre syndicat ont trouvé écho auprès d’élus politiques municipaux, de dirigeants communautaires, de chambres de commerce, d’aciéries, de médias sociaux et de politiciens progressistes fédéraux et provinciaux.

Dans un rare appel conjoint, le Syndicat des Métallos et l’Association canadienne des producteurs d’acier (ACPA) ont clairement expliqué la gravité de la situation au premier ministre, juste avant le Sommet du G20 tenu en Chine en septembre.

Dans une lettre à Justin Trudeau, les Métallos et l’ACPA ont soulevé le besoin d’actions vigoureuses de la part du gouvernement fédéral pour éviter des «dommages irréversibles» à l’industrie canadienne de l’acier, laquelle soutient plus de 120 000 emplois au pays.

Le gouvernement libéral doit agir rapidement et adopter de nouvelles lois pour contrer le dumping illegal d’acier étranger subventionné, indique la lettre signée par le directeur national des Métallos Ken Neumann et le président de l’ACPA Joseph Galimberti.

«Les produits faisant l’objet d’un commerce déloyal présentent une menace claire et immédiate à la subsistance de plus de 20 000 Canadiennes et Canadiens de la classe moyenne employés directement dans la production de l’acier et de 100 000 Canadiennes et Canadiens supplémentaires dont l’emploi depend indirectement de notre secteur.»

Les Métallos et l’ACPA ont aussi exhorté le premier minister à poursuivre des accords internationaux qui s’attaquent à la capacité mondiale excédentaire d’acier. La Chine maintient à elle seule une capacité excédentaire de plus de 425 millions de tonnes, près de 30 fois la taille du marché canadien dans son intégralité, indique la lettre conjointe.

«Le secteur de l’acier en Chine, qui est massivement nationalisé et soutenu par l’État, constitue la plus importante force qui contribue à perturber les pratiques commerciales établies et à faire baisser les prix des produits d’acier dans le monde entier.»

«Les prochaines réunions du G20 à Hangzhou (Chine) représentent une occasion unique de s’attaquer directement à cette question avec le pays qui se trouve à être le plus grand responsable de la déstabilisation du secteur», souligne aussi la lettre.

«Nous … désirons vous encourager au nom de l’industrie canadienne de l’acier et de ses employés à continuer de faire pression sur la Chine afin que des solutions multinationales soient apportées au problème de la capacité excédentaire mondiale dans le secteur de l’acier.»

Les chambres de commerce de Sault Ste. Marie, Windsor et Hamilton ont aussi officiellement prié Justin Trudeau de soulever la question pendant sa visite en Chine.

Selon les médias, Justin Trudeau a fait fi des demandes, choisissant plutôt de ne pas aborder la question directement avec la Chine. Les dirigeants d’autres pays ont précisé que le G20 établirait un groupe de travail pour examiner les problèmes mondiaux auxquels l’industrie de l’acier est confrontée. Autrement dit, aucune action concrète n’est envisagée dans un avenir prévisible, à supposer qu’on en prenne.

Deux des plus importantes aciéries canadiennes, Essar Steel Algoma à Sault Ste. Marie et U.S. Steel Canada à Hamilton et Nanticoke, mènent actuellement leurs activités sous la protection de la Loi sur les arrangements  avec  les créanciers des companies (LACC), situation qui menace les moyens de subsistance de milliers de Métallos actifs et retraités. Quant à U.S. Steel, elle a déjà éliminé les prestations de santé de 20 000 retraités.

Avant que la Chambre des communes ne prenne congé pour l’été, les députés de tous les partis représentant les communautés sidérurgiques au pays avaient commencé à tenir des reunions informelles pour discuter de la crise et trouver un terrain d’entente commun.

«Nous sommes heureux que certains députés reconnaissent l’importance de l’acier pour nos collectivités et l’économie de notre pays», a déclaré Ken Neumann.

«La crise de l’acier au Canada touche au cœur même de nos principales industries et devrait préoccuper tous les partis. Les membres du Parlement ont l’obligation d’intervenir et nous leur demandons d’agir.»

Cet article apparaît dans le numéro d'Octobre 2016 Message du directeur national.

 

Demandes de presse

Merci

Merci de nous avoir contacté. Nous vous répondrons rapidement.

Contacts Médias

Directeur du département des communications :
Bob Gallagher
bgallagher@usw.ca
416-544-5966 or
416-434-2221 

Département des communications :
Karina Midence
communications@usw.ca
416-544-5991 

Département des communications - Québec
Clairandrée Cauchy
ccauchy@metallos.ca
514-774-4001 

 

Adresse postale

Syndicat des Métallos
234, avenue Eglinton est, 8
e étage 
Toronto, ON M4P 1K7