Plus de 1200 Femmes d’acier répondent à l’appel à l’action

La conférence 2018 des Femmes d’acier du Syndicat des Métallos à Toronto a débuté le lundi 15 octobre par une brève cérémonie que Valarie King a dirigée, honorant les territoires traditionnels des tribus autochtones locales du Canada. Après qu’une consœur a fait le tour de la salle de bal pour encenser la salle de sauge afin de la purifier des impuretés mentales et spirituelles, Valarie a entonné un chant traditionnel, le dédiant aux quelque 1200 personnes présentes à la conférence.

Les coordonnatrices des Femmes d’acier des 13 districts du syndicat, représentés en très grand nombre, ont présenté leurs délégations par un bref historique de leur leadership, des statistiques sur leurs secteurs et des chants passionnés qui ont presque fait vibrer les chandeliers. Au moment où la vice-présidente internationale hors cadre des Métallos Carol Landry est montée sur le podium, les participantes étaient gonflées à bloc et prêtes à agir.

«Nous sommes toutes appelées à l’action, a lancé Carol Landry. Ce n’est pas une conférence où se reposer.» 

La vice-présidente a indiqué que le syndicat international s’est remis en question tout au long de son histoire, a amélioré son image et ses fondements, et trouvé des moyens d’accueillir les femmes à mesure qu’elles entraient sur le marché du travail, ajoutant que ces efforts étaient loin d’être terminés.

«Nous devons nous redynamiser et nous réengager. Aujourd’hui, on nous invite à l’action et les Femmes d’acier se font entendre de nouveau.»

Carol Landry a fait remarquer qu’un grand nombre de femmes, aux États-Unis comme au Canada, sont toujours prisonnières d'emplois peu rémunérés, et que la plupart des femmes demeurent les principales dispensatrices de soins à la maison. Si l’on ajoute la violence conjugale et le harcèlement au travail, ainsi que l’impossibilité pour celles qui occupent des postes de responsabilité de s’exprimer, cet appel à l’action, a-t-elle dit, s’avère tout aussi essentiel aujourd’hui qu’il y a trente ans, en particulier au sujet de la violence conjugale et au travail.

Peu importe le jour, au Canada, plus de 3000 femmes et 2500 enfants se tournent vers des refuges, sans compter celles qui ne peuvent y accéder par manque de places.  

«Les syndicats ont lutté pour le respect, les droits civils et l’absence de violence, de dire la vice-présidente; par conséquent, il n’est nul besoin de se demander pourquoi, en tant que syndicat, nous nous sommes engagées à éliminer la violence contre les femmes.»

Carol Landry a rappelé à la délégation que même si le climat politique et social semble tout sauf positif, un phénomène soulève l’espoir : le fait que plus on appelle les femmes à l’action, plus elles répondent en nombre record.

En septembre, 256 femmes avaient remporté leurs élections primaires à la Chambre ou au Sénat. Aussi, 13 femmes se présentent comme gouverneures, et Stacey Abrams de la Géorgie pourrait devenir la première gouverneure noire aux États-Unis. La vice-présidente a souligné l’importance pour les femmes de participer à ces courses comme électrices.

«Votre premier appel à l’action consiste à exhorter chaque femme au sein de votre famille, de votre lieu de travail et de votre localité à aller voter, a-t-elle précisé. En votant, vous pouvez changer la direction que prend votre pays.»

Après le discours vibrant de Carol Landry, les déléguées ont regardé une vidéo sur les nombreuses façons dont les Femmes d’acier ont agi tout au long de leurs carrières et pendant les situations de crise; entre autres, une consœur a travaillé sur le terrain durant l’ouragan Maria qui a dévasté Porto Rico et une autre a refusé de rester inactive parce que son lieu de travail était à prédominance masculine.

Ann Flener Gittlen, la directrice du programme Femmes d’acier du Syndicat des Métallos, a pris la parole pour présenter des déléguées voulant faire part de moments où leurs propres sections locales ont répondu à des appels à l’action dans leur propre collectivité. Les sujets ont porté sur des programmes de mentorat, des projets d’Habitat pour l’humanité, des ateliers de sensibilisation au racisme contre les personnes de couleur, des collectes de trousses d’articles de première nécessité pour les survivantes de violence conjugale, et d’autres activités.

Un groupe spécial composé de diverses participantes a clôturé la plénière de la matinée par une vive discussion sur la violence sexiste, qui touche les femmes de manière disproportionnée. Les membres du groupe ont soulevé l’importance d’inclure des clauses sur la lutte contre la violence dans les conventions collectives ainsi que d’instaurer des programmes comme Être plus qu’un simple témoin dans l’Ouest canadien, lequel vise à doter les alliés masculins des outils dont ils ont besoin pour se rallier aux femmes.

Après la séance, les déléguées ont concrétisé le thème de la conférence en descendant dans la rue, répondant à un appel à l’action de masse : un rassemblement à l’appui du mouvement Fight for $15 (lutter pour un salaire de 15 $ l’heure).

Demandes de presse

Merci

Merci de nous avoir contacté. Nous vous répondrons rapidement.

Contacts Médias

Directeur du département des communications :
Bob Gallagher
bgallagher@usw.ca
416-544-5966 or
416-434-2221 

Département des communications :
Dominique Fontaine
commsupport@usw.ca
416-544-5991 

Département des communications - Québec
Clairandrée Cauchy
ccauchy@metallos.ca
514-774-4001 

 

Adresse postale

Syndicat des Métallos
234, avenue Eglinton est, 8
e étage 
Toronto, ON M4P 1K7