Répercussions de la COVID-19 sur les travailleurs des chaînes d’approvisionnement mondiales : le cas de l’industrie du vêtement


La COVID-19 nous rappelle à quel point notre monde est interrelié.
Les perturbations économiques causées par le virus ont bouleversé la vie de millions de travailleuses et travailleurs des chaînes d’approvisionnement mondiales et relèvent les injustices et inégalités d’un système économique défaillant, particulièrement dans l’industrie du vêtement.

Tandis que nombre de personnes au Canada perdent leurs gagne-pain en raison du coronavirus, à l’échelle internationale, les femmes qui confectionnent nos vêtements font face à un contexte similaire de pertes d’emplois massifs. Les marques de vêtements ont brusquement annulé des commandes auprès des usines et refusent parfois de payer pour des vêtements prêts à livrer. Par conséquent, les usines des fournisseurs dans des pays comme le Bangladesh, le Cambodge, le Vietnam, l’Inde, le Honduras et la Birmanie sont incapables de payer le salaire de leurs employés.

Recevant des salaires de misère depuis des années, les travailleuses du vêtement arrivent à peine à joindre les deux bouts et n’ont donc aucunes économies sur lesquelles se rabattre. Sans travail, sans salaire, elles peuvent facilement tomber dans la misère noire sans pouvoir se nourrir elles-mêmes ou leurs familles. Les gouvernements ont très peu de moyens financiers, voire aucun, pour offrir les programmes de sauvetage durables et nécessaires. Les filets sociaux sont déjà très minces et les systèmes de soins de santé, sous-financés et sous pression.

Le partenaire de longue date du Fonds humanitaire des Métallos au Bangladesh, le Centre de solidarité des travailleuses et travailleurs du Bangladesh (BCWS) et ses alliés syndicaux n’ont pas relâché leurs efforts depuis l’arrivée du virus. Dans un contexte où la situation évolue rapidement, le BCWS milite auprès de la puissante association des propriétaires d’usines et du gouvernement bangladais afin de veiller à ce que toute la main-d’œuvre de l’industrie du vêtement ait accès aux fonds de secours, tout en s’assurant que des mesures efficaces sont prises pour assurer la sécurité des employés.

Dans une semaine aura lieu le 7e anniversaire du désastre survenu au Rana Plaza, où 1132 personnes ont perdu la vie et plus de 2500 autres ont été blessées. À ce jour, ce sombre anniversaire nous rappelle que la santé et la sécurité des travailleurs ne doivent jamais être tenues pour acquises. Cette même semaine au Bangladesh, la rumeur veut que le congé accordé par le gouvernement prenne fin et que les usines de vêtements rouvrent, dans des conditions qu’on ne peut d’aucune manière juger sécuritaires dans le contexte de la pandémie.

Restez à l’affut: le Fonds humanitaire des Métallos travaille étroitement avec d’autres syndicats canadiens et organisations de solidarité pour attirer l’attention sur les conséquences de la COVID-19 dans les chaînes d’approvisionnement du secteur du vêtement, exigeant aux acteurs importants de cette industrie et aux gouvernements de soutenir adéquatement les travailleuses, mais aussi de reconstruire un système plus équitable qui protège véritablement leurs droits et assure leur dignité.

Demandes de presse

Merci

Merci de nous avoir contacté. Nous vous répondrons rapidement.

Contacts Médias

Directeur du département des communications :
Bob Gallagher
bgallagher@usw.ca
416-544-5966 or
416-434-2221 

Département des communications :
Nicole Desnoyers
ndesnoyers@usw.ca
416-544-5991 

Département des communications - Québec
Clairandrée Cauchy
ccauchy@metallos.ca
514-774-4001 

 

Adresse postale

Syndicat des Métallos
234, avenue Eglinton est, 8
e étage 
Toronto, ON M4P 1K7