United Steelworkers Canada Nouvelles http://www.uswca.org/news/media-centre/articles/rss United Steelworkers Canada News Feed Wed, 09 Dec 2015 13:52:00 -0500 AMPS en hourly 1 Réflexions sur la Conférence mondiale de l'ILGA 2022 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/reflexions-sur-la-conference-mondiale-de-lilga-2022 Wed, 08 Jun 2022 12:00:00 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/reflexions-sur-la-conference-mondiale-de-lilga-2022
En mai dernier, j'ai eu l'occasion d'assister à la 30e Conférence mondiale de l'ILGA, organisée par le projet It Gets Better. Depuis les années 1970, les conférences mondiales de l'ILGA ont réuni des dirigeants et des militants LGBTQ2SIA+ du monde entier. J'ai eu l'honneur de représenter le District 3 des Métallos à la conférence.

La conférence m'a beaucoup appris sur les luttes auxquelles les personnes LGBTQ2SIA+ sont confrontées quotidiennement. J'ai vécu ma vie comme lesbienne autochtone et je connais les difficultés que cela comporte. La plus grande leçon de la conférence a été de réaliser que je vis une vie privilégiée. Entendre parler des difficultés et des luttes que les participants ont endurées pour assister à la conférence a été tout un choc, sans parler des problèmes avec lesquels les autres communautés LGBTQ2SIA+ doivent composer, contrairement à notre communauté au Canada.

Dans l'un des premiers ateliers auxquels j'ai participé, j'ai appris les luttes des peuples autochtones bispirituels de Colombie. En Colombie, il existe une ségrégation entre les peuples autochtones et colonisés. Les peuples autochtones sont séparés de la société, comme les réserves ici en Amérique du Nord, mais contrairement à nos réserves, si vous êtes une personne autochtone LGBTQ2SIA+, vous êtes expulsé de cette communauté. Vous êtes déplacé, sans domicile et sans accès aux produits essentiels. Vous avez nulle part où aller et personne vers qui vous tourner. L'objectif principal de cette personne venant à la conférence était de raconter son histoire sur la façon dont les peuples autochtones et LGBTQ2SIA+ sont traités et de trouver des moyens d'obtenir de soutien pour les communautés en Colombie. Ce que j'ai appris de cet atelier concernait tous les différents groupes autochtones du monde entier et que le terme «peuple autochtone» ne s'applique pas seulement à l'Amérique du Nord. J'ai également appris que la ségrégation est toujours un énorme problème dans d'autres pays et que les individus continuent à être séparés de leur famille et de leur communauté en raison de leur orientation sexuelle.

Pendant les ateliers bispirituels, j'ai rencontré quelques personnes qui travaillent avec des jeunes bispirituels ici à Edmonton. Rencontrer ces personnes m'a ouvert les yeux car ils ont partagé des statistiques très étonnantes. Une statistique choquante était que les jeunes bispirituels ont le taux de suicide le plus élevé au monde. Cette statistique est due aux luttes quotidiennes auxquelles ils sont confrontés avec l'abandon de leurs familles qui ont été colonisées. On leur dit souvent qu'ils ont tort d'être homosexuels et que ce qu'ils sont est contraire à la Bible, et ainsi de suite. À l'époque, être une personne bispirituelle était célébrée. Vous avez pu marcher sur le chemin des lignées féminines et masculines, et vous étiez considéré comme le soignant ou le guérisseur de la tribu. Les personnes bispirituelles étaient très appréciées dans la tribu, alors qu’aujourd'hui, les gens sont humiliés et exclus s'ils s'identifient comme bispirituels.

Un autre événement révélateur s'est produit lors de la réunion du conseil nord-américain à la conférence. Il a été suggéré que quelqu'un avait proposé un amendement au conseil pour qu'une personne bispirituelle ait un siège au conseil d'administration de l'ILGA. À l'époque, mon opinion était qu'avoir une place à la table était un pas en avant, mail ils m'ont tous les deux fait réaliser que le problème s'agissait plutôt de la façon dont la résolution d'amendement avait été présentée. Cette proposition ne permettait pas de déterminer si le membre devant se joindre au conseil devait être bispirituel ou autochtone. Il est devenu clair que la signification de bispiritualité ne s'applique pas seulement aux peuples autochtones d'Amérique du Nord. Être bispirituel, c'est pour tous ceux qui viennent d'un pays colonisé où les peuples autochtones ont perdu leurs traditions culturelles. Par conséquent, si vous avez une personne bispirituelle au sein du conseil, vous distingueriez les Autochtones de la communauté PANDC (personnes autochtones, noires et de couleur). Il a été décidé à la fin de la réunion que la proposition serait retirée de la table et discutée correctement de la manière dont le conseil souhaite avancer.

Au cours d'une soirée à la conférence, j'ai rencontré un homme du Venezuela. Il a partagé son histoire sur les difficultés auxquelles il a été confronté lors de son voyage à la conférence. Son voyages était très difficiles car son passeport lui interdisait de voyager du Venezuela aux États-Unis. La restriction sur son passeport ne s'appliquait pas en Colombie, il a donc décidé de voyager à pied du Venezuela à la Colombie. Il a dû traverser deux rivières patrouillées par la mafia et la police, et toutes ses effets personnels ont été mouillés. À un point de contrôle de sécurité, les agents de sécurité ont fouillé à nu deux adolescentes devant lui, où il s'est retrouvé incapable à les aider. La moitié de ses bagages a été volée lors de ses voyages, et l'autre moitié est arrivée mouillée et déchirée. Il venait à la conférence pour représenter les communautés transgenres avec lesquelles il travaille et pour apprendre différentes stratégies d'autres pays sur la façon de combattre la haine et l'intolérance auxquelles les communautés LGBTQ2SIA+ sont confrontées. C'était assez choquant d'entendre parler des nombreuses difficultés, de la haine et de la peur qu'un homme a dû endurer pour assister à la conférence dans le but de trouver des moyens d'aider sa communauté au Venezuela.

L'un des principaux thèmes de cette conférence était les droits des transgenres, en se concentrant sur les jeunes de notre communauté. Après avoir suivi ces ateliers, j'ai réalisé qu'il fallait penser différemment pour lutter contre ce qui se passe dans le monde. Il nous faudra repartir de zéro, là où les enfants ne naissent pas avec des idéologies de genre. Cela signifie donner à nos enfants la possibilité de s'explorer et de décider comment ils s'identifient dans un environnement sûr et aimant, non seulement à la maison mais aussi dans la communauté. Cela signifie également ne pas identifier leur sexe en fonction de leur biologie à leur naissance, permettant aux enfants de grandir et d'explorer qui ils sont en tant que personne sans les étiqueter en fonction de leur sexe biologique. Nous devons apprendre à nos enfants qu'être différent ne signifie pas être ridiculisé ou intimidé et que vous êtes qui vous êtes à l'intérieur, même si cela ne correspond pas à qui vous êtes à l'extérieur. Cette façon de penser élimine la boîte initiale dans laquelle tous les enfants sont placés dès la naissance, ainsi que les obstables qui sont placé autour d'eux. Commençons par identifier tout le monde tout simplement en tant qu’être humain.

Je serai toujours reconnaissant d'avoir eu l'opportunité d'assister à cette conférence et d'approfondir mes connaissances sur les différentes communautés de notre monde. Ces types de conférences sont des occasions fantastiques pour les Métallos de s’informer tout en élargissant nos propres politiques de diversité et aider nos communautés locales. J'espère que cela fournira plus d'informations sur la communauté LGBTQ2SIA + et comment nous pouvons tous faire mieux pour construire un avenir plus sûr pour tous.

Solidairement,

Lena Green
Section locale 5220
AltaSteel Edmonton

]]>
Mois national de l’histoire autochtone https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/mois-national-de-lhistoire-autochtone Fri, 03 Jun 2022 15:58:43 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/mois-national-de-lhistoire-autochtone Le mois de juin constitue une importante occasion pour les membres du Syndicat des Métallos et toute la population canadienne afin de célébrer et d’être informés sur la diversité culturelle et les contributions des peuples des Premières nations, inuits et métis, et aussi pour mieux comprendre notre propre héritage colonial. 

Juin est le Mois national de l’histoire autochtone et le 21 juin, la Journée nationale des Autochtones. Ce n’est pas seulement une journée de célébration, mais aussi de réflexion sur les atrocités et les injustices qu’ont subies les peuples autochtones, et dont beaucoup se perpétuent encore de nos jours. Pendant ce mois de reconnaissance, on continue de découvrir de vastes lieux de sépulture sur les sites de pensionnats. Les premières découvertes de tombes ont eu lieu sur celui de Kamloops en C.-B., et elles se poursuivent à différents autres sites de plus d’une centaine de pensionnats partout au Canada.

Il s’agit là d’un rappel déchirant qui montre à quel point notre pays est loin de la réconciliation. On estime que 150 000 enfants autochtones, métis et inuits ont ainsi été arrachés à leurs familles et à leurs communautés, et nombreux sont ceux qui n’y sont jamais retournés. On ne sait toujours pas combien d’autres sites semblables existent.

En repensant au système des pensionnats, dont notre tout premier premier ministre, John A. Macdonald en 1876, a autorisé la création, jusqu’au dernier pensionnat qui a fermé en 1996, nous pouvons comprendre à quel point et pourquoi il existe un tel traumatisme intergénérationnel. Il y a beaucoup d’autres exemples de ce genre dans l’histoire de notre pays et notre expérience actuelle.

Le Syndicat des Métallos s’est engagé à collaborer à la réconciliation et à exiger des gouvernements qu’ils s’acquittent de leurs responsabilités face aux injustices du passé, qui continuent de nos jours. En tant que syndicat, nous devons faire pression sur les gouvernements afin qu’ils honorent les traités signés par les gouvernements canadiens précédents et avant eux, la Couronne britannique.

En 2016, les Métallos partout au Canada ont adopté un énoncé de principes sur les questions relatives aux Autochtones afin d’appuyer officiellement la réconciliation et la justice socio-économique fondée sur les droits des Autochtones, le respect des traités ainsi que les principes et les normes de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Alors que nous commémorons le Mois national de l’histoire autochtone et la Journée nationale des peuples autochtones, je vous encourage tous à penser à la terre sur lesquelles vous vous tenez et à leurs gardiens traditionnels. Nous devons poursuivre notre tradition d’agents de changement et témoigner du respect et de la dignité que les Autochtones de ces terres méritent.

Si vous ou vos proches êtes des survivants de ces pensionnats et si vous avez besoin de parler, n’hésitez pas à appeler la ligne d’écoute nationale pour les survivants des pensionnats indiens (National Indian Residential School Crisis Line : 1 866 925-4419).

J’encourage aussi les sections locales à envoyer et à inscrire des délégués autochtones au 3e Rassemblement national des Métallos autochtones qui aura lieu à Sault Ste. Marie (Ont.) https://www.usw.ca/fr/evenements/3e-rassemblement-national-metallos-autochtones.

Enfin, je voudrais attirer votre attention sur une liste de mesures que nous pouvons prendre à l’échelle des sections locales pour renforcer la solidarité https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/action-reconciliation.

Solidairement,

Marty Warren
Le directeur national pour le Canada

Scott Lunny
Le directeur du District 3

Dominic Lemieux
Le directeur du District 5

Myles Sullivan
Le directeur du District 6

 

]]>
Première réunion du Réseau des femmes du secteur industriel du Syndicat des Métallos https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/femmes-du-secteur-industriel-du-syndicat-des-metallos Tue, 31 May 2022 15:53:56 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/femmes-du-secteur-industriel-du-syndicat-des-metallos
Les femmes à l’échelle de notre syndicat travaillent dans divers milieux industriels : mines, forêts, fabrication, transport. Ce nouveau réseau procure à ces femmes un espace confidentiel où discuter de questions d’intérêt commun, partager des idées et s’appuyer les unes les autres. Le Réseau des femmes du secteur industriel est parrainé par le Comité national de la condition féminine du Syndicat des Métallos et peut diffuser ses recommandations et appels à l’action.

Les réunions du réseau sont animées par des consœurs Métallos qui travaillent dans diverses industries, notamment Alecia McLeod (fabrication, SL7913, Brandon, Man.) et Geneviève Savard (mines, SL5778, Fermont, Québec). Les réunions seront brèves et auront lieu par Zoom, en plus d’offrir des services complets d’interprétation anglais-français.

La première réunion du réseau est prévue le 14 septembre, sur Zoom, à 17h30 heure du Pacifique (qui est 18h30 heure des Rocheuses, 19h30 heure du Centre, 20h30 heure de l’Est et 21h30 heure de l’Atlantique). Vous pouvez vous inscrire ici. Passez le message à d’autres femmes dans le secteur industriel. En espérant vous y voir!

 

]]>
Célébrer la Fierté en favorisant une plus grande inclusion des Métallos LGBTQ2SIA+ https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/fierte-2022 Tue, 31 May 2022 15:52:04 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/fierte-2022
Au cours de la saison estivale, les Métallos célèbrent et appuient l’élargissement des droits fondés sur l’orientation sexuelle, l’identité de genre et l’expression de genre. Ces droits ont été acquis grâce aux efforts acharnés qu’ont déployés les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans, queer, bispirituelles, intersexuées, asexuelles et de diverses orientations et identités de genre (LGBTQ2SIA+) pendant des décennies.

Le Syndicat des Métallos a grandement contribué à ces droits, et continuera de le faire. Voici comment section locale et vous-même pouvez aider :

  • Participer aux activités de la Fierté dans votre localité, et les appuyer.
  • Consulter notre nouvel outil sur l’inclusion intitulé Inclusion des membres LGBTQ2SIA+ dans la vie de notre syndicat, et passer à l'action;
  • Assister à l’une des séances qui auront lieu par Zoom en juin sur le thème Bâtir des sections locales inclusives afin de découvrir comment nous pouvons travailler ensemble en vue de favoriser une plus grande participation et une plus grande inclusion des Métallos LGBTQ2SIA+ dans nos sections locales et lieux de travail.
    • Voici deux occasions de vous y joindre :

Faisons de notre syndicat un lieu sécuritaire et convivial pour tous!

Solidairement,

Marty Warren
Le directeur national pour le Canada

Scott Lunny
Le directeur du District 3

Dominic Lemieux
Le directeur du District 5

Myles Sullivan
Le directeur du District 6

]]>
Optimisme, gratitude et fierté à l’égard de notre syndicat https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/optimisme-gratitude-et-fierte-a-legard-de-notre-syndicat-revue Fri, 06 May 2022 12:00:00 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/optimisme-gratitude-et-fierte-a-legard-de-notre-syndicat-revue Photo d’un homme fraîchement rasé portant un complet et cravate, qui sourit.Lorsque je suis devenu membre du syndicat il y a plus d’un quart de siècle, à mes débuts dans une société minière du Nord de l’Ontario, je n’aurais jamais pensé un jour avoir l’honneur d’assumer la fonction et la responsabilité de directeur du District 6 (Ontario et Canada atlantique). Je m’engage à travailler sans relâche au quotidien à gagner la confiance que vous m’avez témoignée comme directeur du plus grand district de notre syndicat international.

Je suis fier de vous annoncer que Kevon Stewart sera mon adjoint, et Anita Bryan, la nouvelle coordonnatrice de notre district. Kevon et Anita rendront notre syndicat plus fort, tout en ajoutant une diversité tant attendue à nos postes de haut niveau.

Je m’engage à travailler avec vous à renforcer l’incroyable héritage du Syndicat des Métallos de défendre les droits et les intérêts de nos membres et de tous les travailleuses et travailleurs, et à en tirer parti.

Ensemble, nous continuerons d’accroître notre pouvoir par la négociation collective et le recrutement, et en élargissant nos comités et nos initiatives afin de réaliser de véritables progrès en matière de santé et de sécurité, d’action politique, de diversité, de droits de la personne, d’équité et d’enjeux féminins.

Des élections étant prévues en juin en Ontario, j’encourage les Métallos à s’engager sur le terrain afin de collaborer à faire élire un gouvernement néo-démocrate qui s’allie aux travailleuses et travailleurs.

Nous devons profiter de la possibilité de «négocier en des temps favorables». Vous méritez que votre travail acharné pendant la pandémie soit reconnu. Notre syndicat mobilise les membres afin que nous puissions négocier de solides conventions collectives comprenant des salaires, pensions et avantages sociaux convenables, de meilleures dispositions et des améliorations aux conditions de travail.

Notre syndicat est prêt à relever les défis et les possibilités qui se présenteront à l’avenir. Je sais que notre président international Tom Conway et nos dirigeants canadiens partagent mon optimisme.

Impliquez-vous dans votre syndicat et vos localités, et l’action politique. Ensemble, nous bâtirons un avenir meilleur pour nos membres et les travailleuses et travailleurs partout.

En toute solidarité,

Le directeur du District 6,
Syndicat des Métallos,

Myles Sullivan

]]>
Le pouvoir syndical s’exerce à partir de la base https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/le-pouvoir-syndical-sexerce-a-partir-de-la-base Fri, 06 May 2022 12:00:00 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/le-pouvoir-syndical-sexerce-a-partir-de-la-base Photo d’un homme à barbe portant des lunettes, un complet et cravate, qui sourit.C’est en m’appuyant sur les militants et militantes de notre syndicat, dans toutes les régions, dans tous les pans de l’économie, dans toute leur diversité, que je chercherai à exercer mon leadership, en suscitant le plus possible l’engagement d’un maximum de ces derniers au sein de notre organisation et dans la société.

On croit souvent que le pouvoir réside à la tête de nos organisations syndicales. Mais en fait, le vrai pouvoir,
c’est localement qu’il s’exerce : dans l’action syndicale au quotidien dans nos milieux de travail, dans le
rapport de force que construisent les membres en vue des négociations, dans l’engagement social et politique des militants dans chacune de nos régions.

Des syndiqués devant leur boss, des militants devant leur député, des collègues qui parlent à un collègue d’un comportement inacceptable… c’est à partir de la base qu’on arrive à faire la différence.

Canaliser l’énergie au sein de notre organisation, voilà comment je vois mon rôle à la direction du District 5 du Syndicat des Métallos, et ce, à tous les niveaux de celle-ci.

Les défis sont nombreux. Le marché du travail s’est fragmenté au cours des dernières décennies, ce qui menace souvent la cohésion et la solidarité au sein de notre milieu de travail.

En cherchant à faire des économies de bout de chandelle ou tout simplement en essayant de pallier aux difficultés de recrutement, les employeurs ont précarisé l’emploi : travailleurs d’agences de placement, étudiants, travailleurs étrangers temporaires, occasionnels, surnuméraires, alouette.

J’aimerais qu’on porte une attention particulière à  ce phénomène, tous ensemble dans nos conventions pour faire primer un principe essentiel : à travail équivalent, salaire égal.

Deux hommes à l’extérieur en hiver. L’homme à barbe qui se trouve à gauche porte une tuque et une chemise de flanelle chaude. L’homme à droite a aussi une barbe et porte des lunettes. Ces dernières années, les employeurs ont souvent été à l’offensive en négociations. C’est l’heure du retour du balancier, alors qu’ils peinent à recruter des employés. C’est le bon moment pour aller chercher des salaires qui préservent et améliorent notre pouvoir d’achat, des conditions de retraite qui nous donnent envie de rester dans une entreprise,
des horaires qui favorisent réellement la conciliation travail-famille.

Et finalement, tous ensemble, allons convaincre l’ensemble des travailleuses et travailleurs des avantages d’être syndiqués.

Plus nous serons nombreux, plus nous serons actifs et impliqués, meilleures seront les conditions de vie et de travail.

Le directeur du District 5,
Syndicat des Métallos

Dominic Lemieux

]]>
Bâtir un avenir plus prometteur pour l’Ouest canadien https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/batir-un-avenir-plus-prometteur-pour-louest-canadien Fri, 06 May 2022 12:00:00 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/batir-un-avenir-plus-prometteur-pour-louest-canadien Photo d’un homme à barbe portant un complet et cravate, qui sourit.C’est un immense honneur pour moi d’avoir été élu comme nouveau directeur du District 3 et de
représenter les Métallos de l’Ouest canadien et des Territoires.

Ces 25 dernières années, j’ai fièrement travaillé comme adjoint au directeur et représentant syndical dans diverses fonctions. J’ai ainsi rencontré et entendu beaucoup de militants et de dirigeants syndicaux. Je m’engage à vous écouter et à façonner avec vous un avenir plus prometteur.

Il est temps de nous tourner vers l’avenir, de nous rallier à de nouvelles perspectives et d’unifier notre district. Je suis prêt à relever le défi et impatient de collaborer avec toutes les sections locales en vue d’obtenir des résultats concrets pour nos membres et leurs familles.

Je me réjouis à l’idée de rencontrer les représentants et les dirigeants des sections locales afin d’établir des objectifs d’activités qui leur permettront d’améliorer la formation, la négociation, la communication et tous les services aux membres. Nous planifions déjà nos stages d’été annuels, la
formation pour les responsables des sections locales, la participation des membres aux conférences à venir et des occasions accrues de formation à leur intention.

Grâce aux programmes existants, comme les Femmes d’acier, la Prochaine génération, les Vétérans d’acier, Fierté Métallos, le Groupe de travail autochtone et d’autres initiatives, notre district est plus inclusif et diversifié.

J’espère élargir les programmes et en ajouter d’autres afin de mieux comprendre les divers besoins dans notre district, de les faire valoir et d’y répondre, notamment de tirer parti du Groupe de travail national sur la lutte contre le racisme et de créer une tribune pour nos membres ayant des capacités différentes.

J’espère aussi maintenir nos jeunes membres engagés grâce à des idées novatrices afin de moderniser notre district et de m’assurer qu’il reste pertinent pour la population ouvrière maintenant et à l’avenir.

Nous avons beaucoup à faire et nous devons trouver un terrain d’entente afin de consolider notre force collective. Les Métallos sont enthousiastes face à l’avenir de notre syndicat, et je le suis également.

Le directeur du District 3,
Syndicat des Métallos,

Scott Lunny

]]>
Rallier du soutien à la négociation grâce à l’action communautaire https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/rallier-du-soutien-a-la-negociation-grace-a-laction-communautaire Fri, 06 May 2022 12:00:00 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/rallier-du-soutien-a-la-negociation-grace-a-laction-communautaire Un groupe de 15 personnes, la plupart des femmes, portant des tuques et de lourds manteaux d’hiver, tiennent des pancartes, manifestant dans une rue de la ville. Le sol est enneigé.Le sol était couvert de neige et il faisait froid, malgré tout, les Métallos s’efforçaient de rallier plus de soutien à leurs revendications en piquetant dans les rues d’Alexandria dans l’Est de l’Ontario en février dernier.

Ces 70 travailleuses et travailleurs essentiels de Palace Alexandria, une maison de retraite et de soins de longue durée, n’étaient pas en grève.

Les membres de la SL 9211-14 envoyaient un message à leur employeur et à un conseil provincial d’arbitrage qui se réunissaient pour décider de l’issue de leur convention collective.

L’employeur exigeait des concessions, et les travailleuses et travailleurs ont riposté.

Les membres chez Palace Alexandria ont manifesté peu après une action similaire menée par leurs collègues d’une autre unité de négociation de la SL 6946 en octobre dernier. Ils avaient organisé une activité de sensibilisation communautaire à Barry’s Bay (Ontario) afin d’obliger leur employeur, Valley Manor, un autre établissement de soins de longue durée, à participer sérieusement au processus de négociation.

Les membres ont distribué des prospectus demandant à la collectivité d’envoyer des courriels à la direction de Valley Manor pour réclamer une nouvelle convention collective équitable prévoyant, entre autres, des niveaux de dotation uniformes et limitant les jours de travail à cinq jours consécutifs afin de réduire la fatigue du personnel.

«Le personnel de Valley Manor a déployé des efforts sans pareil pendant la pandémie afin de protéger les aînés vulnérables dont ils s’occupaient. Le temps est venu pour l’employeur de reconnaître leur travail assidu en leur offrant une convention collective juste», a expliqué Briana Broderick, représentante syndicale des Métallos.

Les membres ont noté un important changement positif dans l’attitude de l’employeur à l’approche des négociations. Les médias locaux ont aussi couvert positivement leur manifestation.

L’action des membres chez Palace Alexandria a abouti à des résultats contractuels remarquables, et le processus d’arbitrage exécutoire a conduit à une nouvelle convention collective exempte de concessions.

Les employeurs n’ont pas manqué de remarquer la solidarité et le pouvoir des membres. Ces activités marquent un nouveau chapitre dans les relations de travail à l’avenir.

]]>
Partout au Canada, les travailleurs se tournent vers les Métallos https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/partout-au-canada-les-travailleurs-se-tournent-vers-les-metallos Fri, 06 May 2022 12:00:00 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/partout-au-canada-les-travailleurs-se-tournent-vers-les-metallos Des hôtels aux scieries, des établissements de soins de longue durée aux centres d’appels, les travailleurs de presque tous les secteurs de l’économie se tournent vers notre syndicat pour améliorer leurs conditions de travail et de vie.

En voici de récents exemples :

Hôtel Sacacomie, Saint-Alexis-des-Monts (Québec)

Les 70 travailleuses et travailleurs syndiqués depuis des décennies avec une autre organisation ont choisi de joindre le Syndicat des Métallos au début de l’année courante. Dans cet hôtel réputé, on retrouve du personnel à la cuisine, au service, à la réception, aux chambres, etc. La décision d’adhérer aux Métallos s’est faite sans aucune hésitation, alors que 97 % des membres ont signé leur carte. Bienvenue !

Foothills Forest Products, Grande Cache (Alberta)

Les 130 travailleurs de la scierie Foothills Forest Products sont devenus membres de la SL 1-207 en février après avoir voté majoritairement en faveur d’adhérer à notre syndicat. Ils produisent jusqu’à 120 mpp de bois d’oeuvre EPS et se joignent aux 14 000 Métallos du secteur forestier canadien.

JSN Motors Inc., Saskatoon (Sask.)

Les employés de JSN Motors Inc. à Saskatoon ont remporté une victoire historique en février quand la Commission des relations du travail de la Saskatchewan a décidé qu’ils pouvaient se joindre aux Métallos en signant des cartes d’adhésion syndicale électroniques. La décision aligne la Saskatchewan sur les autres compétences canadiennes qui acceptent de telles adhésions électroniques. Bienvenue chez les Métallos et félicitations, vous marquez l’histoire!

Centre d’appels ADT, Calgary (Alberta)

En janvier, plus de 200 travailleurs du centre d’appels ADT Security de TELUS à Calgary ont grossi les rangs de la SL 1944, qui représente plus de 8 000 employés de TELUS partout au pays. «Nous sommes fiers de les accueillir parmi nous et, ensemble, nous ferons en sorte qu’ils obtiennent le respect et les bonnes conditions de travail qu’ils méritent», souligne Pierre-Luc Dick, vice-président national de la SL 1944.

CONMED Health Care Group (Ontario)

Fin 2021, la Commission des relations du travail de l’Ontario a confirmé la volonté des 980 employés du CONMED Health Care Group de devenir des Métallos. Les travailleurs, qui ont décidé par vote de laisser «l’association» ouvrière qui les représentait, oeuvrent dans quatre maisons de soins de longue durée dans le sud de l’Ontario.

]]>
En souvenir de la perte tragique de Métallos dans des explosions à des scieries de la C.-B. https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/en-souvenir-de-la-perte-tragique-de-metallos-dans-des-explosions-a-des-scieries-de-la-c-b Fri, 06 May 2022 12:00:00 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/en-souvenir-de-la-perte-tragique-de-metallos-dans-des-explosions-a-des-scieries-de-la-c-b Un gros feu et un écran de fumée éclairent une nuit sombre dans un milieu industriel.Vingt ans après la tragédie à la mine Westray, des explosions ont eu lieu à deux scieries de la Colombie-Britannique, tuant quatre Métallos et en blessant des douzaines d’autres.

Cette année marque le 10e anniversaire des explosions mortelles aux scieries de Babine Forest Products, près de Burns Lake, et de Lakeland, à Prince George, qui ont été imputées à de fines particules qu’une étincelle aurait enflammées.
Selon l’enquête qui a suivi, l’accumulation de poussière de bois découlait directement du fait que la direction avait ignoré les préoccupations des travailleurs et négligé la propreté de la scierie. Les deux explosions ressemblaient étrangement à celle de la mine Westray causée par l’accumulation de poussière de charbon.

Beaucoup de gens se demandent toujours comment ces tragédies ont pu se produire et auraient pu être évitées.

En 2019, le ministère du Travail de la C.-B. a demandé à Lisa Helps, une avocate de Vancouver, d’examiner les mesures prises par WorkSafeBC et le gouvernement provincial en matière de sécurité au travail. Plus tard cette année-là, l’avocate a publié un rapport comprenant onze recommandations visant à renforcer la sécurité au travail, à s’assurer que les enquêtes sur les décès sont menées dans une optique criminelle et à veiller à ce que WorkSafeBC redonne la priorité aux travailleurs.

Deux années se sont écoulées depuis les recommandations de Lisa Helps. Leur mise en oeuvre par le gouvernement de la C.-B. est attendue depuis longtemps. Le moment est venu pour WorkSafeBC de procéder à l’examen des règlements sur les poussières combustibles.

Le Syndicat des Métallos a réitiré sa demande au gouvernement de la C.-B. d’appliquer les recommandations du rapport Helps et d’assurer une formation continue aux agents de police et aux procureurs de la Couronne sur les enquêtes criminelles en milieu de travail.

]]>
Agents de contrôle au Canada atlantique : Négociation d’avantages postpandémiques https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/agents-de-controle-au-canada-atlantique-negociation-davantages-postpandemiques Fri, 06 May 2022 12:00:00 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/agents-de-controle-au-canada-atlantique-negociation-davantages-postpandemiques Illustration d’un passager à un point de contrôle de la sécurité aéroportuaire avec deux agents de contrôle, un qui se trouve derrière un équipement d’inspection et l’autre qui utilise un détecteur de métal. Ces trois personnes portent des masques.Les membres des sections locales 5319 et 9342 des Métallos travaillent comme agents de contrôle à 15 aéroports au
Canada atlantique. Les deux sections locales sont assujettis à une même convention collective avec la société Securitas et ils entament les négociations pour un nouveau contrat ce printemps.

Les Métallos représentent des agents de contrôle dans les aéroports des trois districts du syndicat au Canada.
Au début de la pandémie, l’industrie aéronautique a été une des plus touchées. Les aéroports canadiens non désignés comme principaux points d’entrée fonctionnaient au minimum de leur capacité ou étaient complètement fermés, d’où des mises à pied générales. À un moment donné, huit aéroports fermés craignaient de ne pouvoir reprendre leurs activités même après la pandémie.

Les personnes qui ont eu la chance de poursuivre leur travail ont connu des temps difficiles. Elles ont été les dernières à
recevoir des masques protecteurs et des écrans faciaux, et à voir des séparateurs en plexiglass installés entre eux et les passagers. Elles se rendaient au travail chaque jour, redoutant de tomber malades. Chaque passager constituait une
menace pour leur santé et leur sécurité. Cette situation a créé de l’inquiétude, du stress et des difficultés à nos membres.

Compte tenu de la situation actuelle, les agents de contrôle méritent un bon contrat de travail avec des améliorations
concrètes qui reconnaissent leurs efforts et leur dévouement au travail. En priorité, ils veulent s’assurer que le contrat
comprend des dispositions visant à protéger les membres en premier en cas d’urgences de santé publique à l’avenir.
Le coût de la vie n’a jamais été aussi élevé depuis 30 ans au Canada. Les membres ont besoin de salaires indexés en conséquence, et que leurs prestations de retraite soient augmentées de façon à tenir compte de l’inflation future.

«Nous voulons que les membres puissent poursuivre une bonne carrière et subvenir aux besoins de leurs familles», a indiqué Mark Arsenault, président de la SL 5319, qui représente les agents de contrôle aux aéroports en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick, et de l’Île-du-Prince-Édouard.

«Vous voulons que l’employeur se souvienne que nos membres ont travaillé fort pendant la pandémie. Nous espérons qu’il viendra à la table de négociation en vue de récompenser nos membres de leurs efforts et de leur dévouement envers l’industrie», a déclaré Rose Bragg, déléguée en chef de la SL 9342, qui représente les agents de contrôle à Terre-Neuve-et-Labrador.

Le syndicat a tenu une conférence des agents de contrôle en février afin de coordonner nos efforts de négociation au pays.

]]>
La fille d’un mineur d’uranium «ouvre la voie» aux victimes de la poudre McIntyre https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/la-fille-dun-mineur-duranium-ouvre-la-voie-aux-victimes-de-la-poudre-mcintyre Fri, 06 May 2022 12:00:00 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/la-fille-dun-mineur-duranium-ouvre-la-voie-aux-victimes-de-la-poudre-mcintyre Un groupe de trois personnes sourit en regardant la caméra. Elles portent toutes des cordons du syndicat.Une campagne d’une décennie qu’a dirigée la fille d’un mineur d’uranium décédé a mené à une victoire pour les travailleurs frappés par la maladie de Parkinson à la suite de «traitements» d’inhalation de poussière d’aluminium à leur travail.

Appuyée par son syndicat, les Métallos, et d’autres organismes de défense des travailleurs, Janice Martell a finalement atteint son objectif.

En février, le gouvernement ontarien a annoncé que la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail (CSPAAT) de l’Ontario reconnaîtra le Parkinson comme une maladie professionnelle liée à l’utilisation de la poudre McIntyre dans l’industrie minière et d’autres, et qu’elle indemnisera les anciens travailleurs et leurs survivants.

De 1943 à 1979, on utilisait la poudre McIntyre, un inhalant à base d’aluminium, là où les travailleurs pouvaient être exposés à la poussière de silice. En théorie, ce qui s’est finalement avéré faux, l’inhalation de la poudre devait protéger les poumons des travailleurs, mais elle les a plutôt rendus malades et en a tué de nombreux.

Le père de Janice, Jim Hobbs, a développé le Parkinson après avoir reçu des «traitements» à une mine d’uranium à Elliot Lake (Ont.). Janice a lancé le Projet de la poudre McIntyre et tenté pendant des années d’obtenir que son père soit indemnisé, mais sans succès.

«Mon pére n’est plus là pour voir cette victoire, mais c’est la suite logique des choses pour un homme qui aimait “ouvrir la voie” durant nos promenades en hiver, car il voulait que la marche soit plus facile pour ceux qui le suivaient», a expliqué Janice Martell.

Un contenant noir renversé sur le côté laisse s’échapper une poudre noire dans un couvercle gris ouvert se trouvant devant; une casquette jaune sale se trouve à côté.Avec les Centres de santé des travailleurs (ses) de l’Ontario, notre syndicat s’est mis à rechercher des travailleurs et leurs familles en tenant des «séances de consultation» dans le nord de l’Ontario, confirmant ainsi des taux élevés de Parkinson et d’autres maladies chez les mineurs.

Selon Myles Sullivan, directeur du District 6, «Il s’agit d’une importante victoire pour ces mineurs et leurs familles. C’est la première fois depuis 1994 qu’une maladie professionnelle est ajoutée aux listes présumées de maladies reconnues de la CSPAAT».

mcintyrepowderproject.com 1-800-461-7120

]]>
Négociations fructueuses https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/negociations-fructueuses Fri, 06 May 2022 12:00:00 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/negociations-fructueuses Des employés de centres de ski, au personnel universitaire, aux travailleuses dans les buanderies, les Métallos dans des emplois toujours plus diversifiés négocient de bonnes conventions collectives qui améliorent leurs conditions.

En voici quelques exemples récents :

SL 7619 • Les mineurs de cuivre satisfaits de leur nouveau contrat

Un contrat de cinq ans des quelque 1000 membres de la SL 7619 à la mine de Highland Valley Copper, près de Logan Lake (C.-B.), prévoit de meilleurs salaires, avantages sociaux et clauses de sécurité, et une prime de ratification de 20 000 $. Il comporte aussi des dispositions progressistes, comme 17 semaines supplémentaires d’assurance-emploi pour les mères biologiques en congé parental, des congés pour les membres de la gouvernance autochtone, et la création d’un comité mixte afin d’améliorer les relations autochtones et les conditions de travail des membres autochtones.

SL 9414 • Amélioration des conditions de travail chez Buanderie Blanchelle

Plusieurs améliorations importantes ont été réalisées par les membres à la Buanderie Blanchelle à St-Jean-sur-Richelieu (Québec), notamment au chapitre de l’encadrement du recours à des agences de placement et des mesures de précaution en cas de chaleur excessive. Les salaires des quelques 116 métallos, dont 90 % sont des femmes, seront haussés de 21,87 % sur 5 ans. De plus, les primes ont été bonifiées, tout comme les vacances, les congés mobiles et les congés sociaux, et la contribution de l’employeur au REER passera de 3 % à 3,5 %.

SL 1998 • Les conventions d’employés universitaires reçoivent une note de passage

Environ 3500 travailleurs occasionnels (contractuels) réalisent leur objectif : un meilleur traitement de la part de l’Université de Toronto. Leur contrat de trois ans leur accorde des congés de maladie payés, des hausses salariales, une meilleure assurance dentaire et une protection améliorée pour les membres visés par des mesures disciplinaires ou un congédiement. Une autre unité de négociation de la SL 1998, représentant les 5500 employés administratifs et techniques, a aussi négocié de meilleurs salaires, avantages sociaux et clauses, dont d’étonnants gains en matière d’équité, comme la couverture d’interventions chirurgicales, de procédures et d’autres soutiens d’affirmation de genre pour les membres en transition de genre.

SL 9705 • Les travailleurs améliorent leurs conditions à un centre de ski

La convention collective de quatre ans des membres de la SL 9705 à Red Mountain Resorts, un centre de ski à Rossland (C.-B.), prévoit des hausses salariales totalisant 16 %. Les 230 employés affectés aux patrouilles de ski, aux remonte-pentes, à l’entretien, au marketing, à la garde d’enfants, aux cours de ski/planche à neige et à la restauration ont acquis de meilleures primes et indemnités de ski, ainsi qu’une orientation syndicale payée de 30 minutes pour les nouveaux
membres.

SL 4466 • Un gain pour les travailleurs et pour l’économie régionale

Les métallos de la mine Tio à Havre-Saint-Pierre, (Québec) ont entériné un nouveau contrat de travail qui représente près de 11 millions supplémentaires sur quatre ans dans l’économie régionale, soit une hausse cumulative de la masse salariale de l’ordre de 40 %. Le contrat prévoit des augmentations annuelles de plus de 10 %, auxquelles s’ajoutera un boni de vie chère, ainsi qu’une bonification des régimes de retraite et une amélioration de l’assurance vie. Les dispositions sur la prévention en santé et sécurité ont été intégrées dans la convention collective.

SL 6185-12 • Un premier contrat qui jette les bases de meilleurs services de garde

Après un long processus prolongé par la pandémie de COVID-19, les Métallos de la SL 6185-12 ont négocié de meilleures conditions de travail chez Labrador West Child Care, qui exploite des garderies à Labrador City et Wabush (T.-N.-L.). Leur premier contrat de trois ans comporte des hausses salariales totales de 10 % et un congé supplémentaire à l’anniversaire de naissance des employés, et codifie des conditions, dont une prime annuelle de vacances de 1 450 $ et des pauses et congés de maladie payés.

SL 5917-27 • Une entente à plus long terme pour les constructeurs de remorques

Ces trois prochaines années, les membres de la SL 5917-27 chez Doepker Industries à Annaheim, Moose Jaw et Saskatoon (Saskatchewan), recevront des hausses salariales de 2 $ l’heure, et de 4,5 % sur la durée du contrat, ainsi qu’une prime de 1000 $ à la signature. Les clauses sur les heures supplémentaires, indemnités vestimentaires et de repas, lunettes de protection sur ordonnance et primes d’expérience ont aussi été améliorées. Doepker fabrique des remorques pour usage industriel et agricole.

SL 7531 • Les métallos de Soucy Techno signent un contrat historique

Les 120 membres chez Soucy Techno à Sherbrooke (Québec), qui fabriquent des pièces de caoutchouc et de matières plastiques, ont ratifié un contrat de 5 ans qui prévoit une augmentation de la masse salariale de l’ordre de 25 %. Les salaires ont augmenté de 10 % pour les deux premières années et seront haussés de 3,5 % pour chacune des trois prochaines années, avec une protection contre l’inflation jusqu’à 4 %. Une prime de fidélité est par ailleurs introduite, soit 1 $ pour les travailleurs ayant entre 10 et 14 ans d’ancienneté, 1,50 $ entre 15 et 19 ans et 2 $ l’heure après 20 ans
d’ancienneté. Les primes pour le travail de soir et de nuit ont plus que doublé.

SL 243G • Un contrat de trois ans bien ficelé pour les travailleurs de l’emballage

Les Métallos à la SL 243G chez Graham Packaging Canada à Mississauga (Ont.) obtiendront des hausses salariales totalisant 9 % sur trois ans. Ils ont aussi reçu une prime de 250 $ à la signature et négocié la bonification de toutes les primes de quart.

SL 816 • Du solide pour les carriers

Les membres de la SL 816 chez Texada Quarry Ltd., sur l’île de Texada en C.-B., ont signé une entente de cinq ans prévoyant des hausses salariales totales de 14 %, la bonification de leurs régimes de retraite à prestations et à cotisations déterminées, une rente de 3 000 $ pour les membres admissibles, l’amélioration de plusieurs clauses et un nouveau jour férié marquant la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation.

SL 7625 • Contrat accepté à l’unanimité chez E-Z-EM

C’est à l’unanimité que les travailleurs de l’usine de fabrication et de conditionnent de produits de radiologie médicale E-Z-EM à Anjou ont accepté un nouveau contrat qui prévoit des hausses salariales totalisant 14,75 % et une augmentation de la masse salariale de 21,75 % sur 5 ans. Les primes pour les quarts et la participation de l’employeur au régime de retraite sont également haussées, et les dispositions sur la prévention en santé et sécurité ont été intégrées dans la convention collective.

SL 9042-01 • Hausses rétroactives pour les travailleurs de la gestion des déchets

Chez Terrapure BR LP, une compagnie d’assainissement et de gestion des déchets à Mississauga (Ont.), les Métallos de la SL 9042-01 ont conclu un contrat de trois ans comportant des hausses salariales totalisant 8 %, dont une hausse de 4 % rétroactive à novembre 2021, en plus de primes de quart bonifiées et de meilleurs avantages sociaux visant tous les membres à compter de la troisième année

]]>
Montons le niveau de la santé et sécurité pour les femmes https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/montons-le-niveau-de-la-sante-et-securite-pour-les-femmes Fri, 06 May 2022 12:00:00 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/montons-le-niveau-de-la-sante-et-securite-pour-les-femmes Monter le niveau de la santé et sécurité pour les femmes! Un gros titre jaune sur fond bleu, sur une illustration de diverses figures féminines, certaines portant un casque de protection jaune.La plupart des lieux de travail et des équipements de protection ont été conçus en fonction des hommes. En tenant compte des femmes, nous rendons les lieux de travail plus sécuritaires. Les femmes ont souvent été exclues. Pire encore, leurs craintes sont parfois ridiculisées.

La campagne des Métallos, Monter le niveau de la santé et sécurité pour les femmes, fournit de l’information et des
idées d’actions afin d’aider les femmes et les comités de santé et de sécurité à s’attaquer aux dangers et problèmes de santé des femmes et des personnes s’identifiant comme telles.

Agissez !

Sensibilisez votre délégué syndical, les dirigeants de votre section locale et vos comités de santé et de sécurité et de
la condition féminine à la campagne et aux ressources disponibles pour établir un plan d’action à votre lieu de travail.
Voici quelques idées :

  • Organisez un dînercauserie sur la campagne.
  • Demandez à vos représentants en santé et sécurité d’inviter les femmes et les personnes s’identifiant comme telles à une réunion pour parler de leurs préoccupations en santé et sécurité.
  • Revoyez le guide et la liste de vérification de la campagne.
  • Demandez au comité mixte patronal-syndical d’inscrire la campagne à son ordre du jour.

Le site Web de la campagne comporte une trousse de présentation comprenant un diaporama, des aide-mémoires
et des instructions pour organiser une activité.

Votre section locale pourrait demander au Fonds d’éducation familial et communautaire de financer son activité, si elle en fait partie.

Par exemple, en mars, le comité de la condition féminine de la SL 1998 a tenu un dîner-causerie virtuel sur la ménopause, le travail et notre syndicat. L’activité constitue le début d’un dialogue sur la ménopause, ses symptômes
habituels, les ressources offertes et les façons dont le syndicat peut soutenir celles qui la vivent.

Continuons de mobiliser nos sections locales, nos comités de santé et de sécurité et de la condition féminine, et servonsnous de la campagne Monter le niveau pour faire des enjeux de santé et de sécurité des femmes une priorité!

metallos.ca/monterleniveau

]]>
Les Métallos défendent une cause commerciale internationale historique https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/les-metallos-defendent-une-cause-commerciale-internationale-historique Fri, 06 May 2022 12:00:00 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/les-metallos-defendent-une-cause-commerciale-internationale-historique Une plainte formelle des Métallos au nom de milliers de travailleurs a conduit l’Agence canadienne des services frontaliers (ACSF) à ouvrir une enquête sur des allégations de dumping et de subventionnement de matelas fabriqués en Chine.

L’enquête marque un tournant au Canada, puisqu’elle fait suite à la première plainte commerciale qu’y dépose un syndicat. Les partenaires commerciaux du Canada, notamment les États-Unis, permettent depuis longtemps aux syndicats d’engager des poursuites contre le dumping et pour l’application de droits compensateurs afin de protéger leurs emplois.

«Les travailleurs, et leurs syndicats, savent mieux que quiconque lorsque des importations déloyales inondent le marché et éliminent les emplois des Canadiens», explique Marty Warren, directeur national des Métallos.

«Nous avons appris que nous ne pouvons pas vraiment compter sur les entreprises et les gouvernements pour défendre les travailleurs canadiens. Comme le démontre la présente cause, nos travailleurs, comme leurs homologues aux États-Unis, doivent pouvoir déposer des plaintes indépendamment», ajoute-t-il.

La plainte commerciale inédite a été présentée conjointement par les Métallos et Restwell Sleep Products, un important fabricant canadien de matelas, au nom des travailleurs et des fabricants durement touchés depuis trois ans par la quantité massive de matelas chinois subventionnés et sous-évalués qui font l’objet de dumping au Canada.

Notre syndicat aux États-Unis a remporté une cause semblable il y a trois ans, laquelle a confirmé que des matelas de Chine y étaient bel et bien vendus à des prix inférieurs aux coûts de production, entraînant l’application de droits supplémentaires allant jusqu’à 192 % sur ces produits.

Les mesures américaines à l’égard des matelas chinois sous-évalués ont fait bondir le niveau de dumping au Canada, incitant les Métallos canadiens à déposer une plainte formelle. L’ASFC enquête sur le présumé dumping afin de déterminer si le gouvernement canadien devrait imposer des droits compensateurs.

«Pour que les Canadiens puissent bien dormir la nuit, il faut les protéger contre le commerce déloyal, poursuit Marty Warren. Le premier ministre Trudeau et son gouvernement doivent comprendre qu’il n’y a aucune place pour le commerce déloyal dans les chambres à coucher des Canadiens.»

]]>
Loi sur la santé et la sécurité : un sursis de 3 ans https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/loi-sur-la-sante-et-la-securite-un-sursis-de-3-ans Fri, 06 May 2022 12:00:00 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/loi-sur-la-sante-et-la-securite-un-sursis-de-3-ans Un énorme rassemblement de militants, brandissant des drapeaux bleus des Métallos et déployant trois croix de bois symbolisant des membres du syndicat morts au travail, lors d’une manifestation à l’Assemblée nationale du Québec.Malgré la forte opposition des syndicats, des autres partis politiques et de la société civile, le gouvernement du Québec de la Coalition Avenir Québec a fait adopter l’automne dernier une nouvelle Loi sur la santé et la sécurité du travail.
Celle-ci comporte plusieurs reculs en prévention, sans pour autant résoudre réellement les autres problèmes en santé et sécurité.

Les mécanismes de prévention prévus dans l’ancienne Loi pour les secteurs dits prioritaires continueront de s’appliquer pendant seulement trois ans. Pendant cette période, un comité de travail paritaire tentera de trouver un terrain d’entente sur les nouvelles exigences minimales en prévention.

«On va travailler fort pour essayer de rétablir dans la nouvelle réglementation le plancher qui existait dans l’ancienne Loi», fait valoir Me Julie Hébert, la responsable de la santé et sécurité au Syndicat des Métallos, qui figure parmi les 4 représentants de la partie syndicale sur ce comité de travail.

«Nous devrons très certainement nous mobiliser à nouveau pour y arriver», renchérit le directeur québécois des Métallos, Dominic Lemieux. Là où il n’y avait pas déjà des mécanismes de prévention, la nouvelle Loi obligera à former un comité de santé et sécurité dès avril prochain, mais les modalités de fonctionnement sont encore floues.

Dans nos conventions !

Comme rien n’est certain quant aux exigences en prévention en vigueur dans trois ans, tous les comités de négociation sont invités à prévoir le fonctionnement des mécanismes de prévention dans leurs conventions collectives. C’est déjà le cas
dans plusieurs conventions négociées récemment.

«La Loi ne nous protège plus autant, il faut revenir à la base et établir, convention par convention, des vrais mécanismes de prévention paritaires. C’est juste très dommage pour les milieux de travail non syndiqués qui n’ont pas cette possibilité», affirme Dominic Lemieux.

]]>
Deux grèves mènent à des victoires marquantes https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/deux-greves-menent-a-des-victoires-marquantes Fri, 06 May 2022 12:00:00 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/deux-greves-menent-a-des-victoires-marquantes Un groupe de quelque 20 femmes souriantes et brandissant des pancartes, près de la ligne de piquetage devant leur centre de la petite enfance.Il n’y avait pas de chaise sur la ligne de piquetage du centre de la petite enfance Au jardin de Pierrot, à Rouyn-Noranda. «On a choisi de mener cette bataille debout, avec le sourire, en parlant aux gens. On s’est dit ‘on veut se faire voir, se faire entendre, on veut être belles!’», explique la présidente de l’unité de la SL 9291, Manon Leclerc.

La fierté est aussi perceptible dans la voix de sa consoeur Patsy Ouellet du CPE Touchatouille à Port-Cartier lorsqu’elle parle de la grève de deux mois déclenchée le 13 octobre dernier. «Nous avons été des pionnières», reconnaît la présidente d’unité de la SL 7065.

En effet, alors que les autres syndicats y allaient de journées de grève isolées, ces femmes métallos y sont allées ‘all-in’, «tannées des reculs» et de voir qu’elles gagnaient moins en arrivant avec leur technique collégiale qu’un vendeur de chaussures. «On voulait être reconnues à notre juste valeur. Les filles étaient à bout de souffle par manque de personnel, parce que les salaires étaient trop bas», insiste Patsy.

Ces gauloises métallos ont donné l’impulsion au mouvement de grève à travers le Québec, alors que se sont multipliés les mandats de grève générale. Cela a mené à une reprise fructueuse des négociations.

Le plus dur? La pluie, le froid et le seuil psychologique de la fin du premier mois, quand rien ne bouge et qu’on se demande combien de temps il faudra tenir. «Le moral est revenu avec l’assemblée annuelle. Les filles sont revenues crinquées. On sentait que la grande famille Métallo nous soutenait», explique Patsy.

Celles qu’on a surnommé «les courageuses» sont retournées au travail la tête haute, avec un contrat à la hauteur de leurs espérances. «Ce n’est pas une négo à rabais. On a fait des gains», explique Manon Leclerc, particulièrement fière des hausses obtenues pour les corps de métiers où il y avait moins de travailleuses, comme les cuisinières. Patsy quant à elle se réjouit des ressources additionnelles pour les enfants en difficulté.

Un groupe de quelque 50 personnes portant des manteaux foncés et chapeaux d’hiver soulèvent le poing et sourient à la caméra – solidarité sur la ligne de piquetage à Contrecœur, au Québec.«Une grande réussite collective» chez ArcelorMittal

Victoire! C’est ce que peuvent clamer les 800 travailleurs et travailleuses des aciéries d’ArcelorMittal à Contrecoeur-Est et à Longueuil au terme de leur grève, du 2 au 27 février dernier.

Fin de la coexistence de deux régimes de retraite, hausses de salaires totalisant environ 26 % sur six ans et hausses substantielles du régime de retraite à prestations déterminées : «Ce contrat est à la hauteur des attentes et, surtout, de la détermination de nos membres. C’est une belle victoire de la solidarité», ont lancé du même souffle les trois représentants des sections locales, le président de la SL 6586, Jason Braconnier, le président de la SL 8897, François Lévesque, et le porte-parole de la SL 8060, Éric Imbeault.

Les salaires seront haussés de 9 $ sur six ans, soit une hausse d’environ 26 % sur la durée du contrat. Les assurances collectives sont aussi bonifiées.

Jalon important de l’histoire syndicale, la nouvelle convention collective met fin à la coexistence de deux régimes de retraite pour les nouveaux travailleurs. Dorénavant, les nouveaux syndiqués adhéreront automatiquement au régime de retraite à prestations déterminées, alors qu’auparavant ces derniers devaient choisir entre un régime à cotisations
déterminées et un régime à prestations déterminées.

«Aucun nouveau travailleur ne sera admis à un régime moins avantageux, c’est la fin des “orphelins” une fois pour toute. Le signal est fort pour la pérennité du régime de retraite à prestations déterminées et pour l’égalité entre tous les travailleurs», soulignent les représentants des sections locales.

Ce même régime de retraite à prestations déterminées sera bonifié graduellement. La rente passera de 59 $ par mois par année de service à 68 $ par mois par année de service au terme des six ans.

«Nos membres ont été solides sur les lignes de piquetage, tout comme dans la force des votes qu’ils nous ont donnés. C’est une grande réussite collective», concluent Jason Braconnier, François Lévesque et Éric Imbeault.

]]>
3e Rassemblement national des Métallos autochtones https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/2022-rassemblementnational-metallosautochtones Thu, 05 May 2022 20:53:09 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/2022-rassemblementnational-metallosautochtones Message du directeur national, Marty Warren 

Consœurs, confrères et amis,

Je suis fier de lancer l’invitation au troisième Rassemblement national des Métallos autochtones qui aura lieu les 5 et 6 octobre 2022 au « Machine Shop », un bâtiment historique à Sault Ste. Marie en Onta rio.

Ce rassemblement permettra aux Métallos autochtones de partager leurs expériences et de contribuer à notre stratégie permanente visant à faire progresser les droits des travailleuses et travailleurs autochtones, et de leurs communautés. Le rassemblement coïncidera également avec toute une semaine d’activités organisées par des sections locales des Métallos à Sault Ste. Marie dans le but de partager la vérité et de promouvoir la réconciliation.

Qui devrait y assister? 

En premier lieu, j’invite les Métallos d’origine autochtone, soit les membres des Premières Nations, les Métis et les Inuits. Je demande aux sections locales de collaborer à cet important travail en tendant la main aux membres autochtones et en assurant leur participation à ce rassemblement.

Les dirigeants et les délégués syndicaux non autochtones des sections locales composées de membres autochtones peuvent également s’y inscrire.

J’espère voir un très grand nombre de Métallos autochtones à Sault Ste. Marie en octobre!

Solidairement,

Marty Warren
Le directeur national pour le Canada,

--

Le rassemblent aura lieu au premier étage du Machine Shop : 83, rue Huron, Sault Ste. Marie (Ontario) P6A 5P9 (À 10 minutes de marche ou un court trajet en navette du Holiday Inn Express sur la rue Bay). Let dîner et les pauses café seront fournies pendant les deux jours au Machine Shop.

Faits saillants de l’ordre du jour

Mercredied 5 octobre 2022

• Inscription (8 h – 9 h) au Machine Shop
• Ouverture (9 h)
• Accueil par une aînée ou un aîné
• Discussions en cercles, et conférencières et conférenciers
• Festin et activité culturelle en soirée – au Machine Shop

Jeudi 6 octobre 2022

• Ouverture (9 h)
• Discussions en cercle, et conférencières et conférenciers (suite)
• Mot du directeur national pour le Canada, Marty Warren
• Ajournement (16 h)

Inscription

L’inscription se fait en ligne à metallos.ca/autochtonesmetallos
Veuillez noter que chaque personne qui s’inscrit doit avoir sa propre adresse courriel.

L’inscription comprend les demandes de garde d’enfants et de besoins spéciaux.

Frais d’inscription : 250 $ par participante/participant

Date limite d’inscription : 16 septembre 2022

Il n’y a aucune limite au nombre de personnes qui peuvent s’inscrire. Le courriel de confirmation de votre inscription comprendra des informations sur les modalités de paiement et d’envoi de ce dernier par la poste. Veuillez joindre une copie du courriel de confirmation à votre paiement. Besoin d’aide? Communiquez avec Mustapha Makri à mmakri@usw.ca or 416-544-5994.

Hôtel et déplacement

Nous avons réservé un bloc de chambres à l’hôtel Holiday Inn Express, situé à seulement 10 minutes de marche du Machine Shop (une navette sera également disponible).

Holiday Inn Express - (705) 759-8200
320, rue Bay Ouest, Sault Ste. Marie (Ontario) P6A 1X1

Tarif : 159.95 $/nuit (chambre standard avec deux grands lits)
Détails sur l’hôtel: inscription à 15 h, départ à 11 h. Annulation : 24 heures avant l’arrivée. Le prix de la chambre comprend : Internet sans fil dans toutes les chambres, buffet chaud pour le petit déjeuneur, usage du centre de conditionnement physique, de la piscine intérieure, du bain tourbillon et du sauna. Le tarif de groupe de 159.95 $/nuit est aussi disponible si vous voulez prolonger votre séjour dans la magnifique région de Sault Ste. Marie en arrivant avant le rassemblement ou en restant après sa conclusion. L’hôtel accordera le tarif de groupe du 30 septembre au 2 octobre et du 6 au 9 octobre, selon la disponibilité.

***La date limite pour réserver est le 16 septembre 2022, mais nous vous encourageons à réserver bien à l’avance. Après le 16 septembre 2022, l’hôtel ne peut garantir ni le tarif de groupe, ni la disponibilité.

Pour réserver votre chambre, allez sur: hiexpress.com/saulton, choisissez vos dates et sélectionner le menu déroulant intitulé “Préférences tarifaires”. Choisissez “Tarif spécial entreprise” puis inscrivez “USW” sous No d’entreprise pour réservez dans notre bloc de chambres. Veuillez noter que les frais de stationnement de 5 $/jour ne s’appliqueront pas si vous stationnez à l’hôtel durant votre séjour.

En auto: Sault Ste. Marie est à environ 7,5 heures de route de Toronto et à 3,5 heures de Sudbury.

En avion: pour réserver votre vol, considérez réserver par l’entremise de l’agence WE Voyages au 613-232-9908, 1-888-676-7747, ou par courriel avec Lorna Parent: lorna@wetravel.net, moyennant des frais de 62,15 $ par billet.

]]>
École d’été des Métallos 2022 – En toute sécurité chez soi dans le district 6 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/cole-dete-des-metallos-2022-en-toute-securite-chez-soi-dans-le-district-6 Wed, 04 May 2022 11:53:53 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/cole-dete-des-metallos-2022-en-toute-securite-chez-soi-dans-le-district-6 Les sections locales qui contribuent au Fonds d’éducation familiale et communautaire (FEFC) sont invitées à soumettre au Fonds une proposition d’embaucher un/une ou plusieurs stagiaires au cours de l’été 2022.

La pandémie nous empêchant toujours de tenir un programme d’École d’été au Bureau national canadien ou dans les locaux du district 6, nous sommes heureux de proposer une version spéciale d’École d’été des Métallos pour cette année qui permet aux stagiaires d’École d’été de travailler dans leur propre localité jusqu’à 10 semaines (à raison de 35 heures par semaine).

Les propositions des sections locales doivent inclure :

  1. Le nombre de stagiaires à embaucher.
  2. Une brève description des principales tâches ou des projets que la personne devra exécuter et les compétences requises pour faire le travail.
  3. La date du début et de fin du travail en question.
  4. Les noms et les coordonnées des dirigeantes/dirigeants de la section locale qui superviseront les stagiaires et la principale personne-ressource au FEFC.
  5. L’adresse/les adresses où les stagiaires travailleront.
  6. Les mesures que la section locale prendra pour protéger leur santé et leur sécurité compte tenu de la pandémie.

Le FEFC financera jusqu’à neuf postes de stagiaires d'’été dans les sections locales et versera :

  • Une indemnité brute de 650 $ par semaine pendant un maximum de 10 semaines de travail (directement à chaque stagiaire); de modestes dépenses peuvent aussi être payées sur demande dans le cadre de projets spéciaux.

(Le FEFC peut aussi aider les sections locales à développer des idées de projets et offrira de courtes séances par Zoom aux stagiaires embauchés afin de les orienter dans l’accomplissement des tâches administratives et relativement aux aspects du travail et des principes des Métallos. D’autres soutiens seront également fournis à la demande de la section locale. 

Les stagiaires doivent :

  • Avoir entre 17 et 25 ans (à compter de leur premier jour de travail); ET
  • Être des enfants ou petits-enfants de membres actifs ou retraités des sections locales habitant à une distance raisonnable du lieu de travail; ET
  • Retourner à l’école secondaire à l’automne ou entrer/retourner dans une école de métiers, un collègue communautaire ou une université à la fin de l’été 2022; ET
  • Être doublement vaccinés et avoir reçu une dose de rappel.

Les sections locales peuvent envoyer leur demande par courriel à Gabriele Simmons à gsimmons@usw.ca. Les demandes des sections locales seront acceptées selon le principe du premier arrivé, premier servi. Des questions peuvent aussi être adressées à Gabriele, ou à Anita Bryan, coordonnatrice du district, à abryan@usw.ca.

Lisez la lettre d'appel du directeur du District 6, Myles Sullivan, concernant L’École d'été des Métallos 2022.

]]>
District 6 École d’été des Métallos 2022 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/d6-ecoledetemetallos-2022 Wed, 04 May 2022 11:52:21 -0500 https://www.usw.ca/fr/nouvelles/centre-presse/actualites/2022/d6-ecoledetemetallos-2022 Chers Métallos,

Il me fait grand plaisir d’informer les membres et les retraités de plusieurs sections locales du Syndicat des Métallos du district 6 que, cette année, leurs enfants et leurs petits-enfants peuvent poser leur candidature à un excellent programme d’emplois d’été.

École d’été des Métallos est un programme unique offrant aux jeunes une excellente occasion d’acquérir une expérience de travail et une croissance personnelle, tout en travaillant avec des militants et des membres du syndicat.

Les participants au programme apprendront de l’engagement de notre syndicat à améliorer les conditions de travail et la qualité de vie de nos membres. Ils apprendront également le rôle crucial que les Métallos et le mouvement syndical jouent en matière de justice sociale et économique visant une société plus juste et équitable.

Le programme École d’été des Métallos est ouvert aux enfants et aux petits-enfants des membres et des retraités des Métallos et dont les sections locales contribuent au Fonds d’éducation familiale et communautaire des Métallos (FEFC).

Compte tenu des implications de la pandémie, le programme offre des stages dans les collectivités des sections locales éligibles. Le programme propose des stages d’une durée maximale de 10 semaines avec une indemnité hebdomadaire de 650 $ basée sur une semaine de travail de 35 heures.

Cette année, le FEFC financera jusqu’à neuf (9) postes de stagiaires d’été dans les sections locales éligibles du district 6.

Tous les détails du programme et le processus de demande sont inclus dans cette trousse.

J’accourage fortement les sections locales qui contribuent au FEFC à soumettre au Fonds une proposition d’embaucher un/une ou plusieurs stagiaires au cours de l’été 2022.

En toute solidarité,

Myles Sullivan
Directeur du district 6

École d’été des Métallos 2022 – En toute sécurité chez soi dans le district 6

]]>