·  

Déclaration de Ken Neumann à l’occasion du 6 décembre, Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes

À l’approche du 6 décembre, je suis optimiste en ce qui concerne les actions importantes entreprises cette année pour éliminer la violence faite aux femmes et aux filles. Cependant, cet optimisme s’accompagne de tristesse.

Laissez-moi d’abord vous parler de l’espoir. L’année 2016 a finalement marqué l’ouverture d’une enquête nationale sur la crise des femmes autochtones disparues et assassinées. L’enquête doit sérieusement faire la lumière sur les raisons pour lesquelles les femmes et les filles autochtones sont beaucoup plus à risque de subir de la violence et sur les moyens d’éliminer ce risque. Je suis également très fier du Comité national de la condition féminine de notre syndicat, qui mène une campagne nationale contre la violence, mettant les hommes de notre syndicat au défi de participer activement à mettre fin à la violence faite aux femmes.

Parlons maintenant de la tristesse. L’administrateur en chef de la santé publique du Canada a publié un rapport cet automne qui qualifie de «sidérants» le taux et les répercussions de la violence familiale. Selon le rapport, tous les quatre jours, une femme est tuée par un membre de sa famille. Comme nous l’avons vu récemment à Choiceland, en Saskatchewan, avec le meurtre de Nia Eastman par son père, les victimes de violence familiale peuvent avoir à peine sept ans. Pourtant, le gouvernement fédéral ne fait toujours rien pour élaborer un plan d’action contre la violence faite aux femmes, mesure que des organisations de femmes et des syndicats, notamment celui des Métallos, ne cessent de réclamer.

Voilà pourquoi nous devons continuer de souligner le 6 décembre. Nous devons rendre hommage aux femmes qui ont été assassinées à l’École Polytechnique de Montréal et qui rêvaient de devenir des leaders au sein de notre société. En outre, nous ne devons jamais cesser de revendiquer l’action – de nos gouvernements, de nos syndicats, et de nous-mêmes – pour veiller à ce que la société reconnaisse l’importance de la vie de toutes les femmes.

Solidairement,

Le directeur national,
Ken Neumann

Une initiative anti-violence du Syndicat des Métallos

Demandes de presse

Merci

Merci de nous avoir contacté. Nous vous répondrons rapidement.

Contacts Médias

Directeur du département des communications :
Bob Gallagher
bgallagher@usw.ca
416-544-5966 or
416-434-2221 

Département des communications :
Karina Midence
communications@usw.ca
416-544-5991 

Département des communications - Québec
Clairandrée Cauchy
ccauchy@metallos.ca
514-774-4001 

 

Adresse postale

Syndicat des Métallos
234, avenue Eglinton est, 8
e étage 
Toronto, ON M4P 1K7