·  

Déclaration de Ken Neumann à l’occasion du 10 décembre 2017, Journée internationale des droits de la personne

Chaque année, le 10 décembre, le Syndicat des Métallos observe la Journée internationale des droits de la personne, laquelle commémore l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme par les Nations Unies. La reconnaissance des droits de la personne réside au cœur des valeurs et du militantisme des Métallos. 

Cette année, en plus de souligner l’excellent travail qu’accomplissent actuellement les militantes et militants de nos sections locales en matière d’égalité, j’aimerais attirer votre attention sur trois domaines d’intérêt national et mondial : l’efficacité de la solidarité internationale, l’écart de revenu des personnes racialisées et autochtones, et les crimes haineux contre les groupes revendiquant l’égalité.

Le Syndicat des Métallos œuvre partout dans le monde. Il convient de noter que le règlement fructueux conclu récemment et qui a mis fin à la grève de neuf mois chez Glencore a montré le pouvoir de la solidarité internationale. Cette année, à l’occasion du 10 décembre, nos partenaires mondiaux, dont IndustriALL, agiront à l’échelle planétaire lors de la Journée internationale des droits de la personne pour faire connaître les violations des droits des travailleuses et travailleurs commises par Glencore dans le monde entier. Cette action porte sur l’article 23 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, soit le respect du droit d’adhérer à un syndicat et de participer à des activités syndicales.

À titre de syndicat qui défend les salaires de ses membres et la justice économique au pays, il importe de mentionner que le recensement effectué par Statistique Canada en 2016 révèle une inégalité de revenu considérable au sein de trois groupes revendiquant l’égalité : les peuples autochtones, les Canadiens racialisés et les immigrants.

Pour ce qui est des peuples autochtones, l’écart de revenu est de 25% en comparaison avec le reste des Canadiens. Si on ventile encore davantage ces statistiques, l’écart entre les femmes autochtones et les hommes non autochtones s’élève à 45%.

Il existe aussi une énorme disparité entre les Canadiennes et Canadiens racialisés et non racialisés. L’écart de revenu auquel font face les personnes racialisées atteint 26% comparativement à la population non racialisée. Conforme à la tendance en matière de disparité de genre, l’écart entre les femmes racialisées et les hommes non racialisés se situe à 47%. Quant aux nouveaux immigrants, l’écart est de 63% par comparaison aux non-immigrants. De plus, les femmes qui ont immigré récemment gagnent 59% de moins que les hommes non immigrants.

Toujours selon le recensement de 2016 de Statistique Canada, les crimes haineux contre les groupes revendiquant l’égalité continuent d’augmenter au pays, sans oublier qu’un cinquième des Canadiennes et Canadiens sont nés à l’étranger et pratiquent diverses religions.

L’année 2017 a commencé par une fusillade de masse à la Grande Mosquée de Québec, où six hommes ont été tués. Le Code criminel du Canada reconnaît de tels gestes comme de la propagande haineuse ou des crimes haineux. Ces types de crimes comprennent entre autres l’encouragement au génocide, l’incitation publique à la haine, la fomentation volontaire de la haine, et les méfaits motivés par de la haine contre tout bien servant au culte religieux.

Les crimes haineux vont au-delà de l’islamophobie. Selon Statistique Canada, ceux que les forces policières ont signalés en 2016 font ressortir une hausse des crimes contre les Asiatiques du Sud, les personnes originaires du Moyen-Orient et la population LGBTABI. Le recensement de 2016 révèle plus précisément une augmentation des crimes haineux violents : 71% des crimes haineux fondés sur l’orientation sexuelle ont été violents, tout comme 27% de ceux basés sur la religion et 45% de ceux ciblant les personnes d’origine ethnique.

À titre de syndicat résolu à défendre les droits de la personne, je demande aux Métallos de :

  • Continuer à insister pour des lois sur l’égalité au Canada comme à l’échelle internationale.
  • Maintenir notre forte présence au sein du mouvement ouvrier canadien et international.
  • Négocier des dispositions rigoureuses sur l’égalité dans nos conventions collectives, en particulier avec des entreprises mondiales.
  • Appuyer la solidarité mondiale par la négociation de contributions au Fonds humanitaire des Métallos.
  • Éliminer l’écart de revenu des membres des groupes revendiquant l’égalité dans nos lieux de travail.
  • Renforcer notre soutien aux associations et partenaires de justice sociale dans la lutte contre les crimes haineux.

Solidairement.

Ken Neumann
Directeur national

 

Demandes de presse

Merci

Merci de nous avoir contacté. Nous vous répondrons rapidement.

Contacts Médias

Directeur du département des communications :
Bob Gallagher
bgallagher@usw.ca
416-544-5966 or
416-434-2221 

Département des communications :
Karina Midence
communications@usw.ca
416-544-5991 

Département des communications - Québec
Clairandrée Cauchy
ccauchy@metallos.ca
514-774-4001 

 

Adresse postale

Syndicat des Métallos
234, avenue Eglinton est, 8
e étage 
Toronto, ON M4P 1K7