·  Communiqué   ·  

La pression exercée sur l'aluminium, l'acier et le bois d'oeuvre canadiens soulève des problèmes fondamentaux liés au commerce international

TORONTO et OTTAWA, Ontario – Le directeur national du Syndicat des Métallos, Ken Neumann, a déclaré au Comité permanent fédéral du commerce international que la pandémie de COVID-19 avait révélé des problèmes fondamentaux inhérents au système commercial international et à la dépendance du Canada vis-à-vis des chaînes d'approvisionnement mondiales pour les produits essentiels.

« Nous devons réorienter l'ensemble du système commercial vers un système qui bénéficie à la fois les travailleurs et l'environnement, plutôt que d'en avoir un qui se focalise sur la fabrication de produits les moins chers possibles, quelles que soient les conditions de production », a déclaré Ken Neumann aux membres du comité jeudi dernier.

« Nos membres canadiens se concentrent actuellement sur une réimposition éventuelle par les États-Unis des droits de douanes sur l’aluminium en vertu de l’article 232, ainsi que sur le risque de concurrence déloyale concernant les produits sidérurgiques et le différend en cours sur le bois d’oeuvre.

« C'est une énorme déception et en même temps une erreur de ne pas avoir entièrement résolu ces problèmes avant la négociation et la mise en œuvre de l'ACEUM, entré en vigueur le 1er juillet ».

Il a déclaré que, bien que l'ACEUM ait des points positifs - en particulier les dispositions en matière de travail exigées par les syndicats et le Parti démocrate américain - la lettre d'accompagnement de l'article 232 légitime les droits de douane invoquant la sécurité nationale, autrefois rares, et limite les possibilités de contre-mesures du Canada si les États-Unis réimposent les droits de douane.

« La possibilité de droits de douane de 10 % sur les produits en aluminium menace 15 000 emplois directs et 41 000 emplois indirects dans le secteur de l'aluminium au Canada, notamment les 5 000 travailleurs représentés par les Métallos », a déclaré K. Neumann.

M. Neumann a fait remarquer que l'aluminium canadien ne constitue pas une menace pour la sécurité nationale des États-Unis, et qu'il n'y a pas eu de forte augmentation des exportations. Cette affirmation est étayée par l'Aluminum Association, qui représente la majorité des producteurs aux États-Unis. La chute des prix de l'aluminium aux États-Unis est en grande partie due à une baisse importante de la demande, suite aux fermetures liées à la COVID-19, en particulier dans le secteur automobile.

Pendant ce temps, la croissance massive de la production chinoise au cours des 20 dernières années reste la plus grande menace, passant de 1,9 million de tonnes métriques (mtm) en 1999 à 31 mtm en 2019. L'Aluminum Association déclare que la Chine exporte à elle seule cinq millions de tonnes d'aluminium primaire chaque année, ce qui représente cinq fois la quantité d'aluminium produite aux États-Unis.

La chute massive du commerce entre les États-Unis et le Canada - avec une baisse des exportations de 41 % au mois d'avril - a eu un impact immédiat sur les membres du Syndicat des Métallos, en particulier sur ceux travaillant dans les secteurs tributaires du commerce comme le secteur manufacturier.

« Au plus fort des ralentissements économiques, environ 15 % de l'ensemble de nos membres étaient mis à pied d'une manière ou d'une autre, dont environ 20 % dans le secteur manufacturier », a-t-il déclaré.

« Le Canada doit défendre vigoureusement les emplois assurant la viabilité des populations dans les secteurs de l'aluminium et de l'acier », a déclaré Ken Neumann, étant donné d'éventuels droits de douane sur certains produits sidérurgiques, malgré une baisse globale de 20 % des exportations des aciéries aux États-Unis en mai et un renforcement des mesures canadiennes d'anti-contournement et de transbordement.

« Au-delà de l'aspect commercial, nous devons promouvoir l'utilisation de produits sidérurgiques fabriqués au Canada dans les projets d'infrastructure et mettre en place un ajustement carbone aux frontières », a-t-il déclaré, ajoutant que les syndicats doivent également être en mesure d'engager des procédures commerciales afin de protéger les travailleurs nationaux.

Dans le secteur forestier, qui représente 14 000 membres des Métallos au Canada, les exportations de bois d’œuvre résineux sont plus exposées au risque, malgré le maintien des mécanismes de règlement des différends du chapitre 19 de l’ALENA dans l'ACEUM. Ces dispositions ne suffisent pas à empêcher de futurs droits de douane sur les exportations de résineux.

La forte baisse des exportations de produits forestiers (-18 % en avril), associée à un contexte commercial volatile avec les États-Unis, ne fait qu'empirer les choses pour le secteur forestier canadien frappé par la baisse des prix.

« Des milliers de travailleurs ont perdu leur emploi et les populations ont été décimées par les effets des différends commerciaux, des bas prix et de la COVID-19 », a déclaré Ken Neumann.

En ce qui concerne le Royaume-Uni, Ken Neumann a déclaré que les Métallos soutiennent leurs alliés syndicaux britanniques dans leur opposition à l'entrée dans le soi-disant Accord global et progressif de partenariat transpacifique (TPP11).

« Avec notre syndicat partenaire Unite, nous soutenons une politique commerciale qui inclut des droits du travail contraignants et de solides garanties commerciales pour protéger les industries vulnérables. Une politique commerciale équitable n'inclut pas de dispositions relatives au règlement des différends entre investisseurs et États et ne devrait pas réduire le droit de réglementer.

« Un Royaume-Uni post-Brexit ne doit pas réduire les droits des travailleurs nationaux - qu'ils soient liés à la syndicalisation, à la santé et à la sécurité, à l'équité salariale, aux congés maternité et parentaux - comme un moyen de rendre ses biens ou services plus attrayants aux yeux de ses partenaires commerciaux ».

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

###

Pour plus d'informations :

Ken Neumann, directeur national de l'USW (Syndicat des Métallos), 416-544-5951
Bob Gallagher, Département de la communication, USW (Toronto), 416-544-5966, 416-434-2221, bgallagher@usw.ca

Demandes de presse

Merci

Merci de nous avoir contacté. Nous vous répondrons rapidement.

Contacts Médias

Directeur du département des communications :
Bob Gallagher
bgallagher@usw.ca
416-544-5966 or
416-434-2221 

Département des communications :
Nicole Desnoyers
ndesnoyers@usw.ca
416-544-5991 

Département des communications - Québec
Clairandrée Cauchy
ccauchy@metallos.ca
514-774-4001 

 

Adresse postale

Syndicat des Métallos
234, avenue Eglinton est, 8
e étage 
Toronto, ON M4P 1K7