·  

L’industrie de l’aluminium ne doit pas oublier la raison d’être du soutien qui lui est accordé : la création d’emploi!

QUÉBEC – «L’industrie de l’aluminium veut le beurre, l’argent du beurre et le produit de la vente aux États-Unis, tout ça, financé par nos taxes et impôts!», c’est ainsi que le Syndicat des Métallos a vivement dénoncé la demande de l’Association de l’aluminium du Canada de voir les exigences en matière d’emploi évacuées des investissements gouvernementaux.

Le Syndicat des Métallos s’oppose catégoriquement à ce que le soutien gouvernemental à l’industrie de l’aluminium ne soit plus assujetti à des objectifs en matière d’emploi. Dans son mémoire prébudgétaire remis au ministre des Finances du Québec, le lobby des alumineries du Québec, demande à Québec de sortir les emplois de l’équation lors des investissements de fonds publics. «Le passage à l’industrie 4.0 signifie également que les politiques de soutien financier ne peuvent plus être ancrées sur une base d’emploi par dollar et doivent plutôt être fondées sur la création de la richesse», peut‑on y lire.

«Ce n’est pas vrai que l’argent de nos taxes et de nos impôts va servir à financer des robots qui vont nous faire perdre nos emplois et réduire les retombées économiques pour le Québec», tonne le responsable de l’aluminium au Syndicat des Métallos, Alexandre Fréchette.

Le Syndicat des Métallos est néanmoins conscient que des technologies comme Elysis, qui vise à remplacer les anodes de carbone par des anodes inertes qui ne génèrent pas de GES, peuvent se traduire par un moins grand nombre d’emplois pour chaque tonne produite. «Nous ne nous opposons pas à ce type d’innovation technologique. Mais le Québec et ses régions productrices d’aluminium doivent y trouver leur compte en termes d’emplois. Cela signifie que les alumineries doivent recommencer à investir dans la fabrication de produits à valeur ajoutée, dans la modernisation des installations, dans l’ouverture de nouvelles capacités de production. Les emplois doivent être au rendez-vous. Sinon, les travailleurs sont perdants, les régions du Québec sont perdantes et toute l’économie du Québec perd!», souligne Alexandre Fréchette.

Le Syndicat des Métallos représente 2500 travailleurs et travailleuses dans le secteur de l’aluminium au Québec, principalement dans la production de métal primaire, mais aussi dans le secteur de la transformation métallique.

Le Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, est le plus important syndicat du secteur privé au Québec. Il regroupe plus de 60 000 travailleurs et travailleuses de tous les secteurs économiques.

###

Pour plus d'informations :

Clairandrée Cauchy (Montréal), 514 774-4001, ccauchy@metallos.ca

Demandes de presse

Merci

Merci de nous avoir contacté. Nous vous répondrons rapidement.

Contacts Médias

Directrice du département des communications :
Shannon Devine
sdevine@usw.ca
416-544-5966 or
416-434-2221 

Département des communications :
Nicole Desnoyers
ndesnoyers@usw.ca
416-544-5991 

Département des communications - Québec
Clairandrée Cauchy
ccauchy@metallos.ca
514-774-4001 

 

Adresse postale

Syndicat des Métallos
234, avenue Eglinton est, 8
e étage 
Toronto, ON M4P 1K7